A la uneActualitésPolitique

GARD RHODANIEN Elian Cellier (PCF) : « il y a des trucs bizarres à l’Agglo »

Elian Cellier, chef de file du PCF pour les municipales à Bagnols (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le chef de file du Parti communiste français pour les élections municipales à Bagnols, Elian Cellier, co-signe une série d’articles sur le blog de la section locale du parti à propos de la gestion de l’Agglo du Gard rhodanien.

Une gestion vertement critiquée à partir de documents officiels, que ce soit sur le dossier Interface ou les finances. Prenant la posture du lanceur d’alerte, le PCF local lance aussi la campagne pour les municipales et par ricochet pour l’Agglo.

Objectif Gard : Dans votre série d’articles, vous évoquez le cas Interface, du nom de ce prestataire chargé de réaliser notamment un site pour le compte de l’Agglo, avec qui l’intercommunalité est en contentieux. Qu’insinuez-vous ? Une sur-facturation ? Une arnaque ?

Elian Cellier : On ne le sait pas et justement on aimerait bien le savoir et si on n’avait pas sorti cette affaire personne ne l’aurait su. Et nous ne sommes pas des menteurs, puisque l’Agglo conteste toujours le fait que le travail payé à Interface ait été fait. Nous avons tiré toutes les sonnettes d’alarme : la Chambre régionale des comptes, le préfet qui ne nous répond jamais, et le procureur avant l’été. On ne peut pas faire plus. Et quand on demande des explications, comme l’a fait Jean-Marie Daver (conseiller communautaire communiste, ndlr), on ne nous répond pas. Nous nous sommes procurés des documents dans l’été qui ont confirmé nos craintes : cette affaire est trouble.

Une enquête de gendarmerie est en cours sur ce dossier Interface...

C’est ce qu’on nous dit, mais on ne sait rien. Ça veut dire quoi ? Qu’on cherche à savoir qui est le président d’Interface ? À savoir ce que sont devenus les 150 000 euros ? À savoir pourquoi on a accepté de payer des factures pour 150 000 euros alors que le travail n’est pas fait ? Nous voulons savoir s’il y a eu une légèreté de l’Agglo ou une complicité. Pourquoi avoir pris un prestataire comme celui-ci ? Il sort de nulle part et sa boîte aux lettres est à Saint-Paulet-de-Caisson. Il y a des choses bizarres. Scène campagne avait coûté à l’Agglo au bas mot 650 000 euros, et en plus il y a cette part sombre avec Interface, et on retrouve aussi Interface sur le site du tourisme. D’ailleurs, ce site a depuis été remplacé par un nouveau mais est toujours en ligne. Ce qui prouve bien que l’Agglo n’a plus de contact avec Interface. Nous, nous savons où le trouver, le président d’Interface. Nous savons où il habite.

Vous parlez également de la situation financière de l’Agglo, que vous qualifiez d’inquiétante. Pourquoi ?

Quand j’ai été désigné chef de file du PCF pour les municipales à Bagnols, j’ai tout de suite dit que je voulais que la campagne se passe aussi au niveau de l’Agglo car un certain nombre de compétences lui ont été transférées. Je veux savoir où en est l’Agglo. Si on écoute le président, tout va bien, l’Agglo est en bonne santé financière. Nous avons voulu savoir. Nous avons obtenu les documents nécessaires et nous les avons épluchés avec des gens compétents et nous démontrons que ce n’est pas vrai.

Concrètement ?

Le rapport de la Chambre régionale des comptes sur Bagnols - et nous ne confondons pas Bagnols et l’Agglo, mais il y a une partie de l’équipe qui est commune - parlait d’insincérité des comptes. C’est grave comme accusation. Ça veut dire que ces comptes ne sont pas le reflet de la réalité. S’agit-il d’erreurs ? Est-ce volontaire ? Les amortissements sur Scène campagne n’ont pas été faits. On a oublié de payer la taxe de séjour au Département. Et là, notre enquête plus approfondie montre qu’une ligne de trésorerie est utilisée.

Qu’est-ce que ça signifie ?

Une ligne de trésorerie est l’équivalent d’un découvert dont les agios sont moins forts que ceux d’un emprunt. C’est un signe qu’on dépense plus que ce qu’on gagne. Là on voit que c’est systématique. Ce n’est pas bon signe.

En quoi les comptes de l’Agglo seraient-ils insincères ?

Par exemple, en fin d’année on a tendance à gonfler les recettes et à minimiser les dépenses, sinon on arriverait à un résultat déficitaire et non excédentaire. Il y a aussi l’emprunt pour l’aire des gens du voyage de Pont-Saint-Esprit qui a été utilisé alors que l’aire n’existe pas. Où est-il passé ? Il y a des trucs bizarres. Il y a aussi des délais de paiement largement au dessus de trente jours. Ce sont des signes. Et en plus on nous annonce des emprunts pour 2019…

Dans le même temps, nous considérons que l’Agglo n’a pas beaucoup investi. Les gros dossiers, Scène campagne et la recyclerie de Laudun n’ont pas été faits. Encore une fois, un emprunt pour investir, pourquoi pas ? Sauf qu’on emprunte et on n’a presque rien fait. Ça nous inquiète car le jour où l'on va avoir un gros investissement comme le musée, est-ce qu’on va être en capacité de le faire ? Je suis clairement inquiet, car je veux que le musée réussisse, avec ou sans eux.

Y aura-t-il d’autres épisodes ?

Oui, il y en aura encore. On a fait un constat. Ensuite nous allons essayer de trouver des explications et des responsables.

Propos recueillis par Thierry Allard

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GARD RHODANIEN Elian Cellier (PCF) : « il y a des trucs bizarres à l’Agglo »”

  1. Ce n’est pas compliqué, l’agglo c’est du même tonneau que l’ancienne municipalité de Pont St Esprit, j’emprunte pour payer les charges de fonctionnement, et je donne de l’argent aux amis de mes amis…
    On sait comment ça c’est terminé à Pont St Esprit….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité