A la uneActualitésSociété

GARD Pôle emploi lutte contre l’illettrisme avec CEREGARD

Être illettré n'est pas une fatalité (Photo Anthony Maurin)

L'illettrisme est un fléau que la technologie a du mal à combattre. Pire, elle l'accentue...

Comme la réalité de l'école passe souvent au second plan d'une vie digitale, les jeunes grandissent et perdent peu à peu l'intérêt des belles lettres mais aussi des chiffres car l'illettrisme ne concerne pas que la langue française. Qu'ils soient natifs du pays de Molière ou qu'ils arrivent en ayant des envies très franchouillardes, il est de plus en plus difficile pour des êtres humains de vivre sans lettres ni chiffres. C'est pourtant le cas pour bon nombre de Gardois...

On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France ou avec des cours en français, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul et des compétences de base pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. Ces personnes doivent retrouver confiance pour avancer et voir leur champ des possibles s'ouvrir plus encore.

Christine Dufiet, présidente de CEREGARD, et Philippe Blachère, directeur territorial de Pôle emploi Gard, interviennent dans le cadre des "Journées nationales d'action contre l'illettrisme" en organisant des actions labellisées. C'est le CEREGARD, qui voit passer dans ses murs 600 professionnels par an, qui est à la baguette de ces formations.

" Nous lançons plusieurs actions mais les formations de nos conseillers vont avoir tous les lundis de septembre afin de faire monter en compétence les personnes qui sont au contact de possibles cas d'illettrisme, expose Philippe Blachère.  Ces gens trouvent des stratagèmes et passent souvent inaperçus mais il est important de montrer que Pôle emploi se mobilise car l'illettrisme empêche d'avoir le savoir de base pour être sur le marché de l'emploi. "

Arriver à masquer son illettrisme est une preuve d'intelligence

Une cinquantaine de personnels sera formée et les autorités espèrent qu'elle fera tâche d'huile, répandant son savoir à qui veut l'absorber pour faire avancer des vies entières. Une fois identifiée, la personne illettrée est aidée, conseillée et aiguillée vers le bon dispositif (Lectio par exemple). Un illettré n'est ni idiot ni bête, loin de là. Car masquer cette situation nécessite au contraire une intelligence extrême !

Les professionnels unis pour lutter contre l'illettrisme (Photo Anthony Maurin).

" On peut réapprendre. On n'est pas obligé de rester illettré toute sa vie.C'est un combat difficile mais il n'y a pas de fatalité ", ajoute Philippe Blachère. Le CEREGARD a été créé il y a plus de dix ans par l'État d'un côté et le Conseil départemental de l'autre afin de tisser un réseau fort mais peu répandu en France.

" Nous animons des ateliers et formons des professionnels à ces questions complexes. Savoir lire et écrire, se confronter au numérique, c'est important aujourd'hui. Les conseillers de Pôle emploi ont un vrai rôle à jouer car ils sont au début de la chaîne et peuvent convaincre les gens de changer leur situation ", explique quant à elle Christine Dufiet.

Sans connaître les chiffres exacts au vu des situations dissimulées, on estime, au moins à 7,5 % de la population les personnes illettrées en France (11 % chez les jeunes). Mais ces statistiques sont bien loin des réalités du terrain. D'ailleurs, parmi ces 7,5 %, on sait déjà que 50 % sont des salariés tout à fait classiques ! Quatre degrés sont identifiés dans l'illettrisme et chaque cas est différent. Petit hic : moins de 1% parvient à se remettre sur les rails de l'apprentissage nécessaire au changement de paradigme de sa vie.

(Photo d'illustration Anthony Maurin).

Certains mettent quelques mois mais on peut voir des personnes prendre des cours pendant dix ans ! L'essentiel, c'est leur envie. Quand ils ont fait le premier pas, tout va mieux car ils comprennent tout ce que ce nouveau savoir leur apporte dans la vie quotidienne. Par contre, avant ce changement de cap, ils peuvent être confrontés à l'illectronisme (manque ou absence totale de connaissance des clés nécessaires à l'utilisation et à la création des ressources électroniques, NDLR) et dans notre monde moderne, c'est dur de s'en sortir sans les écrans.

Ce lundi 9 septembre était organisée l'action " Comment repérer et orienter les personnes en situation d’illettrisme " pour former les professionnels de Pôle emploi. Ce mardi 10, c'est au tour de la conférence " Réapprendre c’est possible " à la médiathèque de Carré d’art de faire parler d'anciens illettrés. Et jeudi 12 septembre ? " Mes questions d’argent : des outils pour aider à compter, à gérer son budget " au Pôle culturel et scientifique de Rochebelle à Alès en collaboration avec la Banque de France. Détails, inscription et agenda ici mais vous pouvez aussi contacter le CEREGARD au 04.66.21.24.68.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité