ActualitésCulture

ALÈS Cabri d’or : un prix littéraire qui rayonne au-delà des Cévennes

Le Cabri d'or est organisé par l'Académie cévenole avec le soutien d'Alès agglomération et de la ville d'Alès. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

La 33ème édition du Cabri d’or est lancée. Sur treize ouvrages reçus, neuf ont été sélectionnés par le jury, qui constate que le prix littéraire attire de plus en plus d’éditeurs de renom.

Le nom du gagnant sera dévoilé le 8 novembre prochain, jour de la remise du prix, qui s’élève à 5 000 euros. D’ici là, les membres du jury – présidé par Marion Mazauric – vont se (re)plonger dans la lecture des neuf livres qui ont déjà particulièrement retenu leur attention. « Globalement ce sont des romans assez sombres, qui s’intéressent tous à des questions humaines, sociales et qui ne manquent pas de profondeur. Nous encourageons les lecteurs à tous les lire », déclare Marion Mazauric, dirigeante des éditions Au diable Vauvert.

Comme chaque année – et c’est le fondement du Cabri d’or –, le territoire cévenol figure au cœur des œuvres, où il est mis en avant de différentes manières. Et la recherche de cette ruralité dans le cadre narratif semble inspirer de plus en plus de romanciers : « Il y a vrai regain d’intérêt pour une littérature qui puise dans le terroir et pour des valeurs de simplicité propres aux territoires ruraux », observe la présidente du jury.

D’ailleurs, le Cabri d’Or 2019 rassemble des éditeurs reconnus – comme Albin Michel, Seuil, Buchet-Chastel – « qui ne se préoccupent pas forcément des endroits décentralisés », note Marion Mazauric. Un engouement qui confirme la « bonne progression » du prix littéraire cévenol, « de plus en plus prisé », se félicite Philippe Aguillou, président de l’Académie cévenole.

Les neufs ouvrages en lice

- Alto Braco de Vanessa Bamberger, éditions Liana Levi, Paris.

- Les mal-aimés de Jean-Christophe Tixier, éditions Albin Michel, Paris.

- Les imprudents d’Olivier Bertrand, éditions du Seuil, Paris.

- La lettre à Émilie de René Barral, éditions De Borée, Riom.

- Qui a tué l’homme-homard ? de Jean-Marcel Erre, éditions Buchet-Chastel, Paris.

- Au temps de la male bête de Lucien Vassal, éditions Paul Tacussel, Marseille.

- La vie de radeau de Jacques Lin, éditions Le mot et le reste, Marseille.

- Nuit des Cévennes du Parc national des Cévennes, éditions Le Rouergue, Paris.

- Tu ne verras jamais Venise de Thierry Daule, édition du Lys bleu, Paris.

Plus d’informations sur ce lien.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité