A la uneFaits Divers

NÎMES Le violeur en série Luc Tangorre jugé pour des agressions sur des fillettes au Grau-du-Roi

Il comparaît ce jeudi 12 septembre devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour des abus sexuels sur trois jeunes filles.

©PHOTOPQR/MaxPPP

Luc Tangorre, 60 ans, est à nouveau devant le justice ce jeudi à Nîmes. Il comparaît pour trois agressions sexuelles sur des mineures.

Des faits survenus en 2014 au Grau-du-Roi, pendant des vacances d'été. Des faits que le mis en cause réfute depuis le début. Il sera défendu cet après-midi par maître Marc Roux.

Luc Tangorre comparaîtra détenu suite à une révocation de son contrôle judiciaire dans un dossier d'agression sexuelle survenu en 2018 dans la région lyonnaise. Il a été incarcéré il y a quelques jours car il serait entré en contact avec une mineure qui avait déposé plainte contre lui, alors que la justice lui avait formellement interdit le moindre contact avec cette jeune fille.

Le mis en cause n'est pas un inconnu pour la justice et encore moins pour les magistrats du Sud de la France. Cet homme, qui vit aujourd'hui près de Lyon, a défrayé la chronique judiciaire au début des années 80. Il avait été surnommé "le violeur des quartiers sud" de Marseille et condamné par la cour d'assises des Bouches-du-Rhône. Il avait ensuite bénéficié d'une grâce présidentielle du président de la République de l'époque, François Mitterrand, qui lui avait permis de sortir de détention.

Quelques mois après, lors de la Feria de Pentecôte 1988, il a violé deux touristes américaines près de Nîmes. Un dossier qui avait été instruit à l'époque par le juge d'instruction Christian Lernould. Tangorre réfute toujours et systématiquement les faits qui lui sont reprochés. Malgré deux condamnations aux assises pour des viols, il a toujours soutenu être innocent des crimes reprochés.

L'audience de ce jeudi sera présidée par le président habituel du tribunal correctionnel, Jean-Pierre Bandiera, tandis que le procureur adjoint Stanislas Vallat représentera le ministère public. Maître Fumanal et Nougier défendront les jeunes victimes.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité