Actualités

LA BASTIDE-D’ENGRAS Une nouvelle station d’épuration écologique pour le village

La nouvelle station d'épuration de la Bastide d'Engras a été inaugurée ce samedi matin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La nouvelle station d’épuration du petit village uzégeois de la Bastide-d’Engras, 200 habitants, a été inaugurée samedi matin. Un équipement écologique, où les roseaux font une bonne partie du boulot.

Le principe est simple : les eaux usées du village arrivent à la nouvelle station, où un dégrilleur piège les matières en suspension, comme les lingettes (qu’il ne faut pas jeter dans les WC, rappelons-le). Les eaux sont ensuite réparties dans trois bassins où on aperçoit des roseaux et des graviers. « C’est le premier étage, explique le concepteur de l’équipement Jean-Paul Chardon. L’eau est répartie sur l’ensemble du bassin, une croûte va se former, et les effluents vont passer à travers les graviers. Les roseaux ne traitent rien, ils permettent d’oxygéner le bassin, ils créent des bactéries qui viennent manger les mauvaises bactéries. »

Bref, un fonctionnement naturel, reproduit de l’autre côté, dans deux bassins plus grands, avec là aussi des roseaux. « C’est le deuxième étage, poursuit Jean-Paul Chardon. Ici, la granulométrie est plus fine pour piéger la boue. » La boue ainsi récoltée sera curée au bout d’une dizaine d’années et traitée ailleurs. La station est prévue pour fonctionner au moins trente ans. Débarrassée de la boue, purifiée par le processus, l’eau ainsi nettoyée est rejetée dans le ruisseau voisin, sous le contrôle régulier des services de l’État.

La nouvelle station d'épuration de la Bastide d'Engras a été inaugurée ce samedi matin (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un équipement tout neuf, « l’aboutissement d’un long processus », soulignera le maire Pascal Gisbert. L’ancienne station du village n’était plus aux normes, obligeant les élus à se lancer « dans une course aux aides financières », rappellera le maire, pour bâtir un nouvel équipement. 327 000 euros auront été nécessaires pour y parvenir, subventionnés à hauteur de 55 % par le Conseil départemental, l’Agence de l’eau et l’État. La Région a elle aussi participé, en subventionnant le prolongement du réseau d’assainissement et la réhabilitation des réseaux de la rue du Lavoir.

Le président du Département Denis Bouad a fait le déplacement pour couper le ruban, l’occasion de saluer « un investissement d’avenir », en faveur du « développement durable. » Denis Bouad en profitera pour annoncer que le Conseil départemental « continuera à accompagner les communes » sur ces questions d’eau et d’assainissement : « nous avons augmenté notre taux de participation comme l’Agence de l’eau se désengageait. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité