Actualités

NÎMES L’association Milles couleurs redevient un centre social

Ce jeudi matin au désormais centre social Milles couleurs (Photo : Coralie Mollaret)

L'association du quartier de Pissevin a retrouvé son agrément CAF, dix ans après l'avoir perdu.

C’est sous un soleil presqu’au zénith que Milles couleurs, la CAF et les collectivités ont signé une convention pour la création d’un centre social. Créée en 1995, l'association n'avait pas tardé à décrocher le précieux label, avant de le perdre en 1999. « Cette perte aura servi de déclic, ça vous aura permis de grandir », commente le président de la CAF, François-Xavier Degoul.

L’agrément « centre social » permet d’accroître les marges de manœuvre de l’association, en finançant le poste de directeur, d’agent d’accueil et de référent famille. De quoi faciliter la mise en place leur projet, développé autour de plusieurs axes : « Le soutien aux familles dans l’exercice de la parentalité, la médiation sociale, de l’aide dans les démarches administratives et un soutien aux usages numériques », indique son président, Jean-Paul Sposito. 

Dans ce quartier de 12 000 habitants, touché par le chômage, la précarité ou l'exclusion sociale, le nouveau centre ambitionne d'atténuer ces inégalités. « Unique à Nîmes, d’autres pourraient voir le jour », souhaite l’adjoint au maire de Nîmes délégué aux quartiers, Laurent Burgoa, pensant aux secteurs Est de la ville. Avec la rénovation urbaine, ces projets apportent un peu d’espoir aux habitants. À eux désormais de s’emparer de ces nouveaux outils.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES L’association Milles couleurs redevient un centre social”

  1. Quand nous regardons la réalité en face nous constatons que la seule chose qui se développe vraiment dans les quartiers périphériques est la montée d’un communautarisme prosélyte, militant, accompagné par des élus islamo-compatibles, bien loin de l’intégration républicaine.
    Il faudrait que le Maire organise une rencontre entre les présidents des associations subventionnées et les élus pour remettre de l’ordre dans la maison Nîmes.

    Conseiller R.N Nîmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité