Actualités

SAINT-ÉTIENNE-DES-SORTS Une centrale solaire outre-Rhône

Le maire de Saint-Étienne Didier Bonneaud et le directeur général-adjoint de Sonnedix Jean-Philippe Fau, ce vendredi matin lors de l'inauguration de la centrale solaire (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La centrale photovoltaïque de Saint-Étienne-des-Sorts a été inaugurée vendredi matin.

Située aux Hauts-Brotteaux, elle se trouve sur la rive gauche du Rhône, mais bel et bien dans le Gard, sur cette ancienne île. C’est donc ici, sur ce terrain privé de neuf hectares, que l’entreprise Sonnedix, basée à La Ciotat, a bâti cette centrale solaire d’une puissance de 5 MégaWatts crête, soit 8 200 MégaWattsHeure, ce qui correspond à la consommation annuelle de 1 800 foyers.

Un projet qui a mis des années à voir le jour. « Le nombre de difficultés fut important », rappellera le maire Didier Bonneaud, fier d’accueillir « une des plus grandes fermes solaires du Gard rhodanien, voire du Gard. » De fait, le permis de construire date de 2015, et la construction de la centrale n’a pu démarrer qu’en octobre 2018. Passé cette gestation longue, la centrale produit de l’électricité depuis juin dernier.

Cette installation présente une particularité : « les panneaux sont équipés de trackers, et suivent la course du soleil », explique le directeur-adjoint de Sonnedix Jean-Philippe Fau. Résultat : les panneaux sont exposés est-ouest et non plein sud, ce qui leur permet d’être mois exposés au vent, aussi fort que fréquent ici. Un moyen aussi et surtout d’optimiser la production : « sur une centrale fixe on compte 1 500 heures par an de production, avec les trackers on monte à 1 800 voire 1 900 heures », affirme le chef du projet Stéphane Behr.

De quoi aussi alourdir un peu le coût de la centrale, de 5 millions d’euros pour Sonnedix, qui vend son électricité en passant par un courtier en énergie. Pour les propriétaires du terrain, cette centrale équivaut à un loyer annuel, et donne une nouvelle vocation à ce terrain où une entreprise de traitement de compost exerçait il y a quelques années. Le compost a d’ailleurs été épandu sur le terrain, où la végétation prospère : « nous en sommes à une tonte par mois », précise Stéphane Behr. Côté faune, « nous allons implanter des nichoirs pour oiseaux et chiroptères et des enrochements pour les reptiles », poursuit-il.

La centrale doit produire « pendant au moins trente ans », ajoute Jean-Philippe Fau.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité