A la uneActualitésSociété

NÎMES Le week-end, dans l’Écusson, ça déménage !

Le week-end, un improbable inventaire à la Prévert jonche les trottoirs de la ville. Des monceaux d'immondices et de matériel usagé laissés par des "déménageurs" sans scrupules...

Rue des Tondeurs, un exemple de déménagement "à la nîmoise"... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Comme chaque année, l'été et l'automne sonnent l'heure des grandes et petites migrations avec ceux qui arrivent pour s'installer dans notre ville et ceux qui déménagent pour d'autres horizons. Des mouvements de population qui riment souvent avec incivilités...

C'est devenu une habitude dont on se passerait volontiers. Dans l'Écusson, le week-end, on déménage. Pas forcément de la façon habituelle qui consiste à faire appel aux copains et à emprunter la camionnette de tonton Raymond ou à convoquer les armoires à glace brasseurs de pianos des "Déménageurs bretons", malheureusement.

En effet, là où un sondage récent relevait que 72% des Français sont sensibilisés à la préservation de l'environnement, bon nombre de futurs ex-Nîmois choisissent tout bonnement la solution de facilité en "escampant" mobilier, vêtements, appareils ménagers et même nourriture à même le pavé de la cité des Antonin, transformant le coeur du centre-ville en une décharge à ciel ouvert.

Les détritus jonchent le sol (Photo: Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pour autant les efforts - méritoires ! - de la municipalité pour maintenir autant que faire se peut la propreté dans les rues ne sont pas à remettre en cause. Nonobstant, force est de constater que les divers panneaux d'interdiction de déposer des ordures installés ça et là font à peu près autant d'effet qu'un cautère sur une jambe de bois et qu'ils feront jamais oeuvre de pédagogie à l'adresse de ceux qui ont fait leur la doctrine égoïste "après moi le déluge !" et celle du "j'menfoutisme".

Dépôt d'ordures interdit indique le panneau qui précise par ailleurs que "le dépôt sauvage d'ordures est passible d'amende." (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Et si, à défaut de faire celui des associations caritatives ou des ressourceries, cet hétéroclite fatras fait parfois le bonheur des chineurs improvisés et des récupérateurs de tous crins, il n'en est pas moins vrai qu'il ne fait qu'accentuer le phénomène, les pré-cités n'hésitant pas à étaler le capharnaüm en dispersant le bric-à-brac dans l'espoir de pouvoir y dénicher une éventuelle pépite. De fait, elle fait aussi et surtout le malheur des riverains qui subissent ces incivilités à longueur d'année et assistent impuissants à ce nauséabond déballage à ciel ouvert.

À l'heure d'ouvrir son commerce, le boulanger de la rue Fresque à découvert un joli spectacle (Photo : Frédéric Halle/DR)

C'était le cas récemment du boulanger de la rue Fresque, Frédéric Alle, qui a découvert devant son échoppe à l'heure d'aller mettre la main dans le pétrin un amas de matériel qui aurait certainement trouvé sa place dans une déchetterie.

"Voilà ce que je trouve de bon matin devant mon commerce. Les gens qui déménagent ou les propriétaires qui récupèrent leur bien se moquent complètement des désagréments causés par leur l'incivisme et tout ça va certainement rester là tout le week-end...", s'est épanché sur les réseaux sociaux le pape nîmois de la fougasse, la colère mal contenue - à raison !

Taper au portefeuille !

Alors que faire ? Au risque de jouer les Cassandre et de passer pour une pythonisse de mauvais augures, nul n'est besoin d'être grand clerc pour comprendre que la situation risque de rester en l'état, si ce n'est d'empirer, si des mesures coercitives ne sont pas prises par qui de droit.

Et à défaut de pouvoir convaincre des foules pas toujours sentimentales - tant pis pour Alain Souchon-, taper là ou ça fait mal, c'est à dire au portefeuille des contrevenants pourrait -peut-être -avoir valeur d'exemple et aurait au moins la vertu de faire rentrer de l'argent dans les caisses... Sans parler de rendre un peu de leur dignité aux courageux employés des sociétés de nettoiement dont le job n'est déjà pas des plus faciles ni des plus sexy...

Philippe GAVILLET de PENEY

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité