PolitiquePolitique.

CANTONALES 2015 Jean-Paul Fournier louche sur le Conseil Général !

Photo DR/S.Ma

L'année prochaine, les rendez-vous électoraux vont se succéder jusqu'en 2015, pour le scrutin des cantonales, qui s'annonce palpitant ! La réforme territoriale va redistribuer les cartes, en donnant un avantage à la droite. Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes et secrétaire de l'UMP du Gard, affiche clairement les ambitions de son parti. Rencontre (Deuxième partie).

O.G :  Dans le cadre du redécoupage des cantons, le nombre de cantons va être divisé par deux. Cela devrait avantager la droite… 

J-P.F : Oui bien sûr. Avec le redécoupage nous passons de 46 à 23 cantons. La gauche va sûrement perdre des sièges. Vous savez, nous avons 1/4 des sièges pour un peu plus de 50% des électeurs.

O.G : L'UMP a donc l'ambition de prendre le Conseil général à la gauche? 

J-P.F : Bien entendu. Nous devrions notamment compter sur les votes des cantons cévenols. C'est sûr que cela nous permettrait d'avoir un peu plus d'aides qu'aujourd'hui dans la mesure où on en a jamais eu !

O.G : En parlant d'aides, Damien Alary, président du Conseil général du Gard, n'a pas donné son accord pour financer le musée de la Romanité. Si le Département ne finance pas, le musée se fera-t-il quand même ? 

J-P.F :  Le Conseil général ne fait rien ! Il n'a pas donné pour la piscine olympique Nemausa… Si les subventions ne sont pas versées, la Ville s'en chargera. Nous pouvons par ailleurs compter sur des aides de l’État, de la Région. Et puis nous avons constitué des dossiers de demande de subventions auprès de Nîmes Métropole et de l'Europe. Le projet n'est pas plus lourd que les travaux sur Jean-Jaurès et Feuchères. Et nous avons des dizaines de millions d'euros en capacité d'investissement.

O.G : Revenons aux élections cantonales. Laurent Burgoa se sentirait, sans doute, de briguer la présidence du Conseil général. Ferait-il un bon candidat à vos yeux ? 

J-P.F : Nous n'y avons pas encore pensé… Oui, pourquoi pas, il ferait un bon candidat. Mais pour l'instant, nous n'avons pas choisi encore les candidats.

O.G : La gauche se prépare pour les prochaines échéances électorales, comme nous l'avait expliqué Jean-Paul Boré. Ces campagnes vont être difficiles, non ?  

J-P.F : Toutes les campagnes sont difficiles. Regardez, en 2001, on n'aurait pas parié un copec sur moi. Et j'ai difficilement gagné avec 56%. Concernant Jean-Paul Boré, élu d'Alain Clary, il n'a jamais rien prouvé. Et il a trahi son parti pour aller, comme on dit, à la gamelle.

Propos recueillis par Stéphanie Marin et Coralie Mollaret

contact@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

2 réactions sur “CANTONALES 2015 Jean-Paul Fournier louche sur le Conseil Général !”

  1. C’est vrai que le conseil général présidé par Alary ne fait pas rêver, en même temps l’empire Fournier-Lachaud-Proust plombe les finances. Nîmes est une des villes les plus endettées de France (10éme au classement général avec une explosion des impôts locaux) dans laquelle la sécurité reste un point noir tout comme le développement économique.
    Les Gardois(es) rappelleront à Fournier que ce n’est pas à Paris que leur avenir se décide mais ici et que dans ce cadre le Rassemblement (bleu marine) compte…beaucoup !

  2. Dans sa tourmente interne, l’UMP et Monsieur Copé en particulier, soutenu par Monsieur Fournier, a facilement démontré des relents de trahison et qu’en la matière, donner des leçons apparaît comme déplacé. Quant à Monsieur Boré, Conseiller Régional, Vice-Président du Conseil Régional, n’en déplaise à Monsieur Fournier, mais son parcours politique de 30 ans est à regarder de plus près. Aux côté des salariés des Verreries du Languedoc, des salins du Midi notamment, Jean-Paul Boré est de tous les combats pour défendre les intérêts des hommes et des femmes désireux de garder leur emploi. Monsieur Fournier, au lieu de bétonner et de favoriser ses amis promoteurs devrait se consacrer un peu plus à l’emploi car, de ce point de vue, Nîmes est à la ramasse. En matière d’endettement (Nîmes est au palmarès des villes les plus endettées et plus taxés de France), de sécurité, de quartiers délaissés, d’état des routes et chemins, et j’en passe, Monsieur Fournier devrait relativiser. En trompe l’oeil, il pense que ses réalisations le porteront encore candidat mais il risquerait de vite déchanter. Car l’alternative est en marche, une nouvelle force collective, humaniste, réaliste et constructive élabore, pour tous les Nîmois et avec une réelle expérience, un projet novateur et visionnaire pour une ville qui doit gagner en notoriété, en grandeur, en justice et en solidarité. Voilà un projet qui verra Monsieur Boré porté au premier rang des intentions. N’en déplaise à Monsieur Fournier, ce sera la consécration de tant d’années de vie politique au service de tous et de chacun en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité