A la uneInsolite

NÎMES : L’insoutenable guerre des galettes des Rois

Sur notre gauche, massive et corpulente, une galette des rois façon brioche. Sur notre droite, une frangipane, plus sèche et plus rigoureuse.

A Nîmes, comme dans beaucoup de villes du sud de la France, il y a deux écoles au moment de l’Epiphanie : les puristes qui choisissent la traditionnelle brioche aux fruits confits et les autres, que les mauvaises langues surnomment « les nordistes » ou « les parisiens », qui préfèrent la frangipane.

Entre les deux camps, une guerre - aussi silencieuse qu’une fève dans un gâteau - se joue. Là où le conflit est le plus visible, c’est dans les boulangeries. Courageux, tous les boulangers que nous avons rencontrés au cours de cette enquête extrêmement sensible ont accepté de témoigner. Et certains même à visage découvert. A « La Boulangerie Lyonnaise », sur la place de l’Horloge, la vendeuse confirme une certaine appétence des Nîmois pour la brioche : « ici, c’est la brioche qui s’arrache, même si on propose les deux produits. La frangipane, c’est le nord », se risque la vendeuse. A deux pas, à la Maison Villaret, la vendeuse prétend ne jamais avoir entendu parler de cette lutte ancestrale entre les deux gâteaux. Réelle méconnaissance du sujet ou loi du silence ? On ne saura jamais.

A « La Source du Pain », dans les Halles, Kathy se prépare pour un gros week-end. Mais quand on plonge son nez dans son rayon, on ne trouve que de la Frangipane. La boulangère aurait-elle choisi son camp ? Serait-on tombé sur une boulangerie anti-brioches, ici, en plein cœur de Nîmes, au vu et au su de tout le monde ? « Non, c’est simplement que l’on n’en n’a plus aujourd’hui. Mais dès demain, ce sera reparti. On a d’ailleurs pas mal de commandes pour dimanche », ajoute Kathy. Toujours dans les Halles, à la pâtisserie Deroy, Samia, la patronne complique encore plus la donne : « Nous, on propose des frangipanes au marron, au chocolat et à la framboise ». Comment s’y retrouver ? Pas plus simple non plus avec les prix même si, en moyenne, la frangipane est légèrement plus chère que la brioche. Et au niveau du goût, là encore, chacun à son avis sur la question.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

2 réactions sur “NÎMES : L’insoutenable guerre des galettes des Rois”

  1. Bonjour,originaire de Charente maritime, je vous signale que la frangipane, exclusivement à la pâte d amande;se déguste 365 jours par an! C était même le gateau du dimanche de ma grand-mère!!!
    Il faudrait contacter un historien en cuisine pour savoir si l origine est charentaise???mais, grand-Dieu, La Rochelle n a jamais été dans le ch, nord

  2. Dans le midi de la france,on connait que la couronne briochée qui ce mange au gouter et pas en dessert….La couronne est poudrée de gros grains de sucre avec des fruit confuits tout le midi..A l’interieur 1 fève qui est un haricot sec et 1 sujet miniature..Celui qui trouve la fève offrira la prochaîne couronne et celui qui trouve le sujet offrira le vin blanc muscat et de veillée en veillée et de maison en maison chacun fait admiré sa crêche jusqu’au 2 février là ou l’ont fait les crêpes pour la chandeleur et l’on range les santon…..C’est ca le VRAIE MIDI…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité