A la uneActualité générale.ActualitésInsolite

ALÈS Les Fous Chantants écrivent en musique une histoire d’humanité

Jacky Locks et Jean-Claude Bernard se préparent à accueillir les 1 000 choristes. Photo DR/S.Ma
Jacky Locks et Jean-Claude Bernard se préparent à accueillir les 1 000 choristes. Photo DR/S.Ma

Complet. Il n'y a plus une seule place de disponible pour assister à la soirée hommage à Jean-Jacques Goldman chanté par 1 000 choristes qui aura lieu le samedi 27 juillet dans les arènes d'Alès. Conséquence d'un lien de confiance établi avec le public depuis 16 années. Retour sur cette histoire enchanteresse.

1998. Michel Schwingrouber, chef de chœur à Saint-Christol-lès-Alès, lance le pari fou d'organiser à Alès un concert en hommage à  Jean Ferrat. Ce qui ne devait être qu'un "One shot" comme on dit dans le jargon musical branché, sera en réalité la première note d'une musique qui se laisse écouter depuis un quart de siècle maintenant. Alors pendant deux années, les écritures sur la partition sont hésitantes. C'est en 2 000 que le rythme des Fous Chantants est trouvé avec la venue du très célèbre Jean-Jacques Goldman. "C'est un homme extraordinaire, simple qui partage nos valeurs. A la fin du concert avec les 1 000 choristes, il est venu me voir et il m'a dit qu'il écrirait une chanson intitulée Ensemble. Six mois après, elle était écrite et avec les choristes d'Alès, nous l'avons enregistrée. Elle figure dans son album, Chanson pour les pieds" raconte Jacky Locks, directeur artistique des Fous Chantants. Depuis ce concert, Jean-Jacques Golman est devenu le parrain de cœur de l'événement, "nous gardons des liens très forts avec lui." En 2002, suite aux inondations qui ont frappé notre territoire, le chanteur avait même invité quelques-uns de ses copains, Francis Cabrel, Zazie, Maurane etc, à donner un concert en faveur des sinistrés dans les arènes de Nîmes.

Cette année, avec la frénésie de l'album Génération Goldman sorti en novembre 2012, il était donc normal que les Fous Chantants consacrent leur soirée du 27 juillet à cet homme-là. "Mais je tiens à le préciser, il ne sera pas là" affirme aussitôt Jacky Locks. Ainsi, comme ils l'avaient fait pour William Sheller, Claude Nougaro ou encore Maurane, Laurent Voulzy etc, pendant une semaine, du 20 au 27 juillet, les 1 000 choristes venus de partout en France et même au delà, répèteront au Fort Vauban, les chansons de Jean-Jacques Goldman sous la baguette de cinq chefs de chœur, Maryline Laplagne, Florian Martinet, Guylaine Fournier, Marc-André Caron et Jacky Locks. Le samedi, ils monteront sur la scène des arènes d'Alès devant 3 800 spectateurs, accompagnés de Christophe Willem et Michael Jones.

Les anecdotes...

"Les Fous Chantants, c'est une histoire d'amour de la musique forcément liée à l'humanité" s'émeut Jacky Locks. Jean-Claude Bernard en veut pour preuve se souvenir impérissable de Gilbert Bécaud en larmes lorsqu'en 2001, avait vu et entendu les choristes répéter les chansons de Claude Nougaro. "Gilbert Bécaud était invité pour le Festival du soir, et les choristes avaient repris Et maintenant." Et puis, il y a ces mots de William Sheller au sortir du concert : "C'est pour des moments comme ça que je fais de la musique."

Céline Dion avait dit oui, puis finalement non !

Jacky Locks dirigeait les 500 choristes de TF1, il y a quelques années. À cette occasion, le chef de chœur avait rencontré en 2007, Céline Dion. "J'ai même fait répéter Céline Dion et Johnny Hallyday qui chantaient en duo L'Envie (de Jean-Jacques Goldman, encore !). Ce sont deux chanteurs sympathiques et bosseurs. Je me rappelle, nous nous étions enfermés dans la loge de Céline et pendant deux heures, ils n'avaient pas décroché. On aime ou on n'aime pas mais ce n'est pas pour rien qu'ils sont encore là." Décrite comme une personne accessible par Jacky Locks, Céline Dion avait même enregistré une chanson, Ici Paris, qui aurait dû, si la France avait remporté les JO 2012, être le titre d'ouverture de la cérémonie. "Je l'ai eu au téléphone. Je lui ai demandé de faire le concert en hommage à son ami Jean-Jacques Goldman. Elle avait dit oui. Mais quelques temps après, son manager américain a refusé m'expliquant qu'à cette période, Céline Dion ne serait pas en France." La déception, mais ce n'est peut-être que partie remise.

Pour plus d'informations sur les Fous Chantants cliquez ici.

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Etiquette

1 commentaire sur “ALÈS Les Fous Chantants écrivent en musique une histoire d’humanité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité