A la uneActualité générale.Actualités

SALINDRES Jean-Paul Bournonville, directeur d’Axens, passe la main à Henri Thomas

Henri Thomas entouré de Patrick Sarrazin (à droite) et Jean-Paul Bournonville (à gauche). Photo DR/EB
Henri Thomas entouré de Patrick Sarrazin (à sa droite) et Jean-Paul Bournonville (à sa gauche). Photo DR/EB

C'est officiel, Henri Thomas est le nouveau directeur de l'usine Axens de Salindres. Hier, lundi 17 février, son prédécesseur Jean-Paul Bournonville lui a transmis le flambeau en présence de Patrick Sarrazin, directeur de la "Business unit" dont dépend le site salindrois.

C'est dans le grand salon de la prestigieuse Maison Péchiney, face à l'usine d'Axens, que les trois hommes ont accueilli hier matin une cinquantaine d'invités à l'occasion de la passation de pouvoir officielle entre Jean-Paul Bournonville, qui part à la retraite, et Henri Thomas. Diplômé de l’École nationale supérieure d'arts et métiers et d'un "master of business administration" (MBA), Henri Thomas a aussi une formation en gestion d'entreprise à son actif. À 41 ans aujourd'hui, ce dernier occupait précédemment le poste de directeur du site d’Alteo Alumina à Gardanne, en charge du développement durable et des relations publiques, avant d'arriver à la tête du site cévenol. "Mon histoire est très liée à celle d'Axens car depuis 16 ans, je travaille dans le domaine des alumines" explique t-il. Et d'ajouter : "J'ai choisi de rejoindre Axens car c'est un groupe qui se développe énormément et le site de Salindres en est le fleuron". Cette usine, il la qualifie à "deux jambes" : l'une de production, l'autre d'innovation avec la présence d'un centre qui conçoit "entre cinq et dix nouveaux produits par an". Pour lui, l'un des défis sera "de préserver ces compétences", indispensables à la croissance de l'usine. Mais pour l'heure, la priorité "est de stabiliser les investissements de ces dix dernières années" visant notamment à améliorer l'impact environnemental des activités. "Dans deux ans, nous arriverons à la fin d'un cycle et nous serons conformes aux normes européennes. Nous pouvons être fier d'être parvenu à le faire" déclare t-il. Concernant les six ateliers qui ont vu le jour dans le cadre de ces investissements, "tous sont en production de manière constante" même si le dernier créé pour lancer une nouvelle génération de catalyseurs d’hydrotraitement, prénommé Isabel, "a pris un peu de retard". Projets et actions "pour maintenir un niveau d'excellence" sont à l'étude pour les prochaines années, avec des effectifs qui devraient encore augmenter puisque l'entreprise prévoit "un certain nombre d'embauches dans différents secteurs" en 2014 sur des emplois qualifiés et non qualifiés. Jean-Paul Bournonville peut donc partir tranquille...

 Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité