A la unePolitiquePolitique.

FAIT DU JOUR La CGT se lance dans sa bataille électorale

Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Le 4 décembre, l'ensemble des agents des trois fonctions publiques sont appelés aux urnes pour les élections professionnelles.

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. Tel est l'adage qu'a décidé de suivre la CGT pour sa grande bataille électorale du 4 décembre. Pour la première fois, les agents des trois fonctions publiques sont appelés aux urnes : fonction publique hospitalière, d'Etat et territoriale. C'est sur cette dernière que se concentrent plus particulièrement les aspirations du syndicat : aux dernières élections, la CGT a recueilli en moyenne 30 % des suffrages sur les 10 000 votants.

Haro contre la réforme territoriale... 

Pour cette campagne, la réforme territoriale est leur principal cheval de bataille : "Notre approche est offensive, nous sommes contre cette usine à gaz", dénonce Michel Mahieux, membre de la coordination départementale CGT. Annoncé en juin, le projet du gouvernement Hollande prévoit notamment la fin de la clause de compétence générale des conseils généraux qui privera ces collectivités de leur capacité à intervenir dans des secteurs qui dépassent leurs domaines de prédilection. "Cette réforme éloigne le citoyen des services de proximité au profit de grosses structures qui n'auront pas la connaissance du terrain. Par exemple après les inondations, les services du conseil général sont intervenus très rapidement pour dégager les routes. Ils savaient où étaient les problèmes, connaissaient les territoires… Que se passerait-il si une énorme région avec Toulouse pour capitale avait géré cela?", s'interroge Michel Mahieux.

… et le gel du point d'indice.

Si la réforme territoriale est un enjeu majeur, elle ne passe pas pour autant à la trappe les sempiternelles inquiétudes autour des conditions de travail des agents publics. "Le contexte n'est pas tellement bon", poursuit Michel Mahieux, membre de la coordination départemental CGT. La loi de finances 2015 confirme la gel du point d'indice qui sert de base de calcul au salaire des fonctionnaires. "Le point d'indice n'a pas été augmenté depuis 2010… Les agents territoriaux sont touchés par la précarité sociale et économique. Aujourd'hui dans la fonction publique, on est pas forcement bien loti",  poursuit-il. L'introduction de primes aux résultats, notamment attribuées par les pouvoirs publics irritent la CGT : "cela nous rend dépendant du pouvoir politique".

Enfin, la CGT assure vouloir se battre pour les conditions de travail des fonctionnaires "épuisés" et qui ne sont plus en capacité de servir les usagers". Une perte pour le service public qui se doit d'obéir à trois grands principes : continuité, adaptabilité et égalité.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

4 réactions sur “FAIT DU JOUR La CGT se lance dans sa bataille électorale”

  1. Les Fonctionnaires ne sont vraiment pas des nantis : Point d’indice bloqué depuis 2010 d’où perte importante de pouvoir d’achat, précarité grimpante (30 % d’emplois occupés par des non titulaires) charges de travail augmentées par la diminution et le non remplacement des départs en retraite..Il y a vraiment de quoi être dans l’action le 16 OCtobre prochain avec……la CGT…..

  2. La CGT va encore gagné ces élections grâce à son grand principe de défense des droits acquis qui refuse toute remise à plat d’un système qui lui convient très bien.

    Elle gagnera ces élections en grande partie grâce aux voix de celles et ceux qui ne font pas ou mal leur boulot et qui continueront à voir progresser leurs salaires et leur avancement à l’ancienneté sans aucune différence avec celles et ceux qui (heureusement il y en a beaucoup) font honnêtement et conscienceusement leur travail… Au total un beau gâchis qui fait que le service public ne remplit pas ses missions à un juste coût.

  3. A SI G.T

    Vous en n’avez pas marre de divisez les travailleurs. On connais votre chanson par cœur. Il n’y a rien d’objectif dans ce que vous dites. Vous ressassez les caricatures que vous et vos copains ont créé. Vous vous faites porte parole des honnêtes travailleurs qui n’ont pas d’augmentation salariale et qui bossent à en crever. Et bien ces gens là, aimeraient surement avoir un boulot pérenne ou chacun puisse se projeter dans l’avenir…et des salariés comme tel il y en a de plus en plus dans la fonction publique et autres secteurs car ils qui embauchent de plus de plus de CDD. Aujourd’hui ce sont les travailleurs qui sont volés et pas les patrons… 80 milliards de fraude fiscale en 2013, chiffre OCDE. PIB en augmentation… et c’est pas la CGT qui compte.

    1. Il faut tout faire pour récupérer les 80 milliards de fraude fiscale, y compris mettre en taule les patrons voyous qui s’en rendent coupables (sans oublier d’autres « professionnels »)…

      Celà n’empêche en rien que « tous » les « travailleurs » n’ont pas un sens égal de leurs responsabilités.
      Certains « travailleurs » ne sont guère productifs sans en subir la moindre conséquence et ils sont efficacement soutenus par leurs syndicats (CGT en tête).
      Ces « travailleurs » de la fonction publique démotivent leurs collègues qui, pour certains, finissent par baisser les bras ce qui aboutit à un désastreux nivellement par le bas, préjudiciable à tous.
      Vous refusez de voir cette réalité et pourtant c’est, en bonne partie, ce qui fait que le service public ne remplit pas ses missions à un juste coût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité