ActualitésSociété

VERGEZE Le rassemblement qui creuse le fossé

RAAGE tente de faire sortir Nicolas Meizonnet FN du conseil d administration de l établissement. Un rassemblement était organisé lundi. Photo Polnarem DR.
RAAGE tente de faire sortir Nicolas Meizonnet (FN) du conseil d'administration du collège de Vergèze. Un rassemblement était organisé à cet effet lundi.
(Photo Polnarem DR)

Le collectif Réseau Anticapitaliste AutoGEstionnaire du Gard appelé lundi soir à un rassemblement devant le collège de Vergèze. Pourquoi ? Pour les membres de RAAGE, la réponse est simple, "parce que le F. N. est un parti qui défend une idéologie fasciste, n'ayons pas peur des mots. Nous tenons à le rappeler à l'heure où Marine Le Pen tente de nous faire croire le contraire, non, ils n'ont pas changé".

Le rassemblement en question, le troisième en l’occurrence, se voulait préventif et soulève la problématique des fonctions attribuées au Front National. Ici, un membre du parti (Nicolas Meizonnet) est au conseil d’administration du collège La Garriguette et cet état de fait consterne RAAGE. "La question n'est pas celle de sa présence ou non dans les institutions. La question qui doit se poser est celle du droit de dénoncer un parti qui revendique une idéologie autoritaire de haine et de ségrégations ethnique et sociale. Le droit démocratique, c'est le FN qui veut l'interdire en envoyant ses nervis contre ses opposant-es, comme il l'a fait à Vergèze le 2 novembre".

 

Ni dédiabolisation ni banalisation

Car une cinquantaine de sympathisants, pas forcément de la région, était aussi au rassemblement pour faire front à l’organisation RAAGE. Quelques slogan connus mais peu républicains, quelques propos très déplacés aussi.

"Nous condamnons la banalisation du fascisme. Nous refusons la dédiabolisation du FN, et leur attitude à Vergèze en est d’ailleurs le contre-exemple parfait. Il n'y a qu'à voir les pratiques de Robert Ménard et Julien Sanchez dans leurs mairies, qui stigmatisent les élèves issu-es de l'immigration et les familles pauvres pour constater que le FN tente de pervertir l'école pour en faire un instrument de division et d'exclusion plutôt que d'émancipation. Il faut savoir réagir à temps et face aux bruits de bottes, rien de pire que le silence des pantoufles" évoquent les membres du Réseau RAAGE30.

Pourquoi, un département qui a toujours accueilli les vagues d’immigration en en faisant une force, se retrouve aujourd’hui dans une impasses, l’impossibilité de nouer un dialogue, d’échanger des idées et de remédier aux problèmes sans s’affronter ? "Le Gard est avant tout un des départements les plus pauvres du pays, accumulant deux handicaps majeurs celui du chômage massif et l'absence de perspective pour les jeunes. Cette situation perdure depuis plusieurs décennies et se traduit par une exaspération générale. C’est catastrophique et c’est le terreau favorable des idées les plus simplistes, celles du Front National. Le Gard continue cependant à être un département ouvert avec des communes qui accueillent des réfugié-es, une population ouverte et issue de plusieurs vagues d’immigration. Nous pensons que cette majorité de la population doit aujourd'hui oser prendre la parole et ne pas se laisser impressionner par ceux qui utilisent la peur de l'autre comme recette électorale. RAAGE contribue avec d'autres à rendre visible cette résistance".

Anthony Maurin

anthony.maurin@objectifgard.com

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 31 ans et suis journaliste depuis près de dix ans. Nouveau dans l'équipe d'Objectif Gard, je suis en charge de l'actualité de la Camargue Gardoise. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close