LUNDI SANTÉ Tout, tout, tout vous saurez tout sur le côlon

Lintérieur du côlon géant qui était installé dans le halle du Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes Carémeau Photo Anthony Maurin).

L'intérieur du côlon géant, qui était installé dans le hall d'entrée du Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes Carémeau (Photo Anthony Maurin).

Pour sa longue tournée nationale, le "Côlon tour" faisait une petite halte dans le hall du CHU. L'occasion pour les patients et/ou les visiteurs de s'informer en pénétrant une immense structure gonflable en forme... de côlon.

C'est toujours assez bizarre d'aller au CHU pour s'informer. Mieux vaut prévenir que guérir me direz-vous! Remarquez, on y apprend beaucoup de choses qui peuvent paraître encore tabous mais qui sont pourtant essentielles à une belle et longue vie. Le cancer colorectal est un vrai phénomène de société. Il est le seul que l'on peut dépister aisément et pourtant, il est le deuxième plus meurtrier et le troisième plus fréquent de France Autant dire qu'il est primordial de connaître les ficelles pour l'éviter ou le traiter au mieux.

Pour cela et dans le cadre de la campagne de dépistage précoce des cancers digestifs, le hall de Carémeau accueillait un côlon géant. Une dizaine de mètres ludiques et pédagogiques, qui livrent des informations utiles pour mieux appréhender le dépistage, la maladie et les traitements de ces fameux cancers digestifs.

Le côlon géant Photo Anthony Maurin).

Le côlon géant (Photo Anthony Maurin).

Anatomie, coloscopie, test immunologique, polypes et ablation de ces drôles d'excroissances, fréquence du cancer colorectal, répartition dans la population, facteurs de risque. Bref, si vous vouliez tout savoir sur le côlon, cette structure gonflable était votre meilleure alliée. Pour la petite histoire, l'alimentation, la sédentarité, le surpoids, l'alcool et le tabac semblent être les facteurs les plus aggravants.

Selon les limites de l'ancienne Région Languedoc-Roussillon, plus de 1900 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année et le cancer du côlon est responsable de plus 700 décès par an. Du côté du dépistage, on tombe de haut! La majorité des nouveaux cas (71% chez les hommes et 95% chez les femmes) surviennent chez les personnes âgées de 50 ans et plus mais en France, 32% de la population concernée participe au dépistage. Un maigre chiffre qui baisse encore dans notre ancienne Région pour atteindre un faiblard et honteux 24,7%...

Partager