ActualitésSociété

TOROS Arles entre en feria mais n’oublie pas son passé

La feria version corrida débute aujourd'hui avec dès ce matin avec une novillada sans picador et se poursuit ce soir avec une séquence émotion.

Juan Bautista (Photo Anthony Maurin).

En réunissant les principaux grands noms de la tauromachie actuelle, Arles reprend sa place. Même s'il n'y a pas tout le monde, seront présents aux paseos arlésiens El Juli, Juan Bautista, Roca Rey, Perera, El Fandi, Manzanares, Castella, Diego Ventura. A ceux-là s'ajoutent des noms en devenir comme les Ginés Marin, José Garrido, Luis David Adame ou Andy Younes (sans oublier les novilleros).

Le Péruvien Andrés Roca Rey (Photo Anthony Maurin).

Début des festivités taurines espagnoles ce matin à 11h avec une novillada sans picador toréée par l'École taurine d'Arles mais c'est cet après-midi que le gros de l'émotion commencera. Corrida d'exception avec le maestro madrilène El Juli qui viendra accompagné de ses toros qu'il combattra lui-même. À ses côtés, l'Arlésien et directeur des arènes Juan Bautista. Il vient de perdre son papa, Luc Jalabert, ancien directeur des arènes et rejoneador. Le moment promet d'être émouvant, un hymne à l'amour après la mort en pensant à la vie. Pour finir le cartel, un Péruvien incroyable, Andrés Roca Rey. Attention aux toros, s'ils sont d'origine Jandilla et Salvador Domecq, le Juli n'élève pas des bonbons... L'année dernière à Bayonne la ganaderia a bien failli remporter le prix de l'élevage le plus torista.

Rafael Raucoule fera son grand passage dans la catégorie des novilladas formelles (Photo Archives Anthony Maurin).

Le dimanche en matinée, place à la France. Six élevages différents avec Los Galos, Jalabert, Concha y Sierra, Blohorn, Pages-Mailhan et Callet. Face à eux, des combattants, novilleros, français dont un qui fera ses débuts dans la catégorie. Adrien Salenc sera le chef de lidia de cette course, lui qui a déjà défilé lors d'un paseo arlésien. El Adoureño et El Rafi compléteront la belle affiche. Le dernier est Nîmois et aura fort à faire pour son premier paseo en novillada formelle.

Andy Younes (Photo Anthony Maurin).

Pour la tarde, c'est une confrontation entre les deux grands triomphateurs de la saison madrilène, Miguel Angel Perera et Ginés Marín qui aura lieu. Accompagné d’Andy Younes, le duo devrait faire mouche mais le petit arlésien voudra marquer les esprits sur ses terres de cœur et devant des exemplaires de Jandilla, ganadería triomphatrice de la temporada 2017.

Leonardo Hernandez (Photo Anthony Maurin).

Événement équestre le lundi matin avec trois centaures, trois as du rejoneo qui feront face aux toros du San Pelayo. Encore un Andy, Andy Cartagena cette fois, Leonardo Hernandez et le grand retour de Diego Ventura le fantasque portugais. La corrida de l’après-midi marquera quant à elle le retour des Alcurrucén à Arles pour les présentations de José Garrido, Luis David Adame et le retour d’El Fandi, grand maestro des banderilles.

Luis David Adame sur son toro d'alternative, Sosegado de chez Nuñez del Cuvillo à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité