A la uneCultureSorties GardUzès-Pont-Bagnols

BAGNOLS La ville est prête pour de folles « reggae nights »

(Photo archive : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pendant trois jours, du 26 au 28 juillet, le premier Bagnols reggae festival se tiendra au parc Rimbaud. L’occasion pour la ville, après l’arrêt du Garance il y a quatre ans, de renouer avec ses premières amours.

Entre le reggae et Bagnols-sur-Cèze, c’est une longue histoire d’amour. Celle-ci a commencé en 2002 avec le festival Jamaïcan sunrise. Un événement totalement inédit pour l’époque. Jérôme Levasseur, le producteur du Bagnols reggae festival, se souvient : « En 2002, c’était le premier festival de cette dimension en extérieur, que ce soit en France ou en Europe. » Depuis, la tradition du reggae à Bagnols ne s’est jamais vraiment perdue et la ville reste, pour certains, la capitale française de cette musique venue de Jamaïque.

Du côté de la mairie, Jérôme Talon, le directeur de cabinet du maire, Jean-Yves Chapelet, tient à ce que cette belle histoire entre le reggae et sa ville se poursuive : « Quand les organisateurs du Bagnols reggae festival nous ont proposé de venir cet été, on a immédiatement donné un accord de principe. C’est complètement dans l’esprit de Bagnols ».

À ses côtés, l’adjoint aux festivités, Maxime Couston, ne cache pas son enthousiasme : « C’est la grosse animation de l’été. On espère en faire notre marque de fabrique ». Pour cela, il faut une programmation solide avec des têtes d’affiche, des pointures. Et cette première édition n’en manque pas : Jimmy Cliff pour l’ouverture, le jeudi soir, et Alpha Blondy, le samedi. Entre les deux, Dezarie, une icône du reggae roots, fera sa première date en Europe le vendredi soir. Bref, il y aura du lourd (toute la programmation à retrouver sur ce lien)

De gauche à droite : Jérôme Levasseur, producteur du festival, Jérôme Talon, directeur de cabinet du maire de Bagnols, et Maxime Couston, adjoint aux festivités de la ville. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Si la ville mise sur le reggae, c’est que la musique attire les foules. « Par le passé, rappelle Jérôme Talon, on accueillait jusqu’à 15 000 festivaliers par soir ! Pour cette première édition, on a limité la jauge à 10 000 personnes. » Et 10 000 personnes, c’est un vrai plus pour les commerçants : « certains font 20 à 30% de leur chiffre d’affaires », complète Maxime Couston. Pour l’hébergement, tout a été pensé puisque les festivaliers pourront dormir dans le camping avoisinant le parc Rimbaud pour 10€ par personne. Quant au prix des places, il faut compter, en prévente, 35€ par jour ou 90€ pour l’ensemble du festival. (Réservation sur ce lien)

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité