A la uneActualitésPubli Reportage

CLARENSAC Cantine, crèche, logements, ça pousse !

Publi Reportage

Marjorie Enjelvin, maire de Clarensac (photo Corentin Corger)

Onze mois après avoir évoqué le travail réalisé au deux tiers de son mandat, Marjorie Enjelvin, maire de Clarensac, a accepté de faire à nouveau le point sur l'année écoulée, à l'entame de sa dernière année de mandat. Parmi les principaux chantiers, des équipements pour la jeunesse et de nombreux logements qui vont bientôt sortir de terre.

Lors de sa prise de fonction en 2014, le principal objectif pour Marjorie Enjelvin, maire de Clarensac, était  d'assainir les finances de la commune. "La mission est accomplie. La commune a retrouvé un fonctionnement normal. Notre capacité d'autofinancement permet de couvrir l'annuité de la dette", se réjouit-elle. La diminution des impôts sur le foncier bâti a permis aux administrés de faire quelques économies. Prochainement, certains agriculteurs vont profiter de quelques exonérations pour des cultures locales.

Des finances saines qui n'ont pas empêché la commune de financer des projets dont la principale représentante insiste sur la particularité, "d'avoir pu investir sans avoir emprunté un seul centime depuis cinq ans." Comme le nouveau restaurant scolaire de l'école maternelle construit à hauteur de 860 000€ qui devrait accueillir environ 150 enfants. Cet équipement a été subventionné à près de 50% avec notamment 191 000€ versés par la Région Occitanie, via le label bâtiment durable pour lequel Clarensac a obtenu la médaille d'or. La toiture, dotée de panneaux photovoltaïques, et les murs en béton de chanvre vont permettre de réaliser une faible consommation d'énergie. Les travaux sont en cours, le déménagement devrait avoir lieu lors des vacances de la Toussaint, en novembre 2019. Les enfants auront enfin un restaurant scolaire mitoyen à l'école.

Le plan de la future crèche de Clarensac (photo DR)

Les équipements pour la jeunesse clarencoise sont une priorité pour la municipalité : "on a mis le cap sur la jeunesse. On emboîte le pas avec la création d'une nouvelle crèche qui est le projet de 2018", poursuit Marjorie Enjelvin. Avec une capacité de 20 berceaux, l'ancienne crèche était saturée en termes de capacité d'accueil et demandait beaucoup de travaux de mise aux normes. La nouvelle en comptera 30 pour un coût proche des 700 000€. Un établissement qui sera construit sur l'aile de l'ancienne école, mise à nue. "On continue notre jeu de chaise musicale", explique le maire, où chaque ancien bâtiment communal est rénové pour accueillir un équipement nouveau. Le permis de construire a été déposé, il est en cours d'instruction. L'occasion de modifier la gestion juridique de l'établissement avec un passage en délégation de service public et plus en association parentale.

145 logements prévus

La commune de Clarensac, qui compte 4 300 habitants, connaît un déficit en terme de logements sociaux. Son taux d'accueil va augmenter avec 55 logements prévus. Une première tranche de 40 habitations sera livrée fin 2020 sous l'égide d'Habitat du Gard. Sur une autre parcelle, c'est le bailleur Un toit pour tous qui va sortir de terre 15 logements. Sur un terrain privé, ce sont 54 logements qui vont voir le jour sur la route de Saint-Gilles dont la livraison est prévue pour septembre 2019. Des bâtiments représentés sur la photo ci-dessous. "80% de ces appartements sont attribués aux habitants de Clarensac, assure le maire, rappelant que, 75% de la population se trouve en situation de mal logement". Un chiffre proche de la moyenne nationale.

54 logements ont été créés sur la route de Saint-Gilles (photo Corentin Corger)

De plus, le cadre de vie paisible dans ce territoire de la Vaunage situé à 15 minutes de Nîmes est forcément attractif. "On est une petite ville de la ruralité", décrit Marjorie Enjelvin. Clarensac s'inscrit également dans le projet initié par le Département avec l'installation de 20 maisons en partage prévues près du pôle médical. Dans un quartier où 16 logements vont être créés, destinés à des jeunes couples pour une mixité des publics. Au niveau du logement, la première édile de la commune veut aller plus loin : "il manque des logements adaptés pour les personnes en situation d'handicap et nous souhaitons aussi attirer les étudiants". Des besoins qui répondent à la fois à une augmentation du nombre de familles dépendantes du Centre d'éducation conductive et aux étudiants qui cherchent le bon rapport qualité prix notamment pour ceux de l'IUT ou du CHU Carémeau installés à la sortie de Nîmes. 

La mairie continue également ses travaux de réaménagement des voiries"cela représente un budget d'environ  450 000€ par an pour neuf voies rénovées depuis 2014", explique-t-elle. Le patrimoine de la commune est restauré à l'image de l'orgue du temple et du mur du cimetière. Une volonté d'essayer de satisfaire toutes les demandes. "Ce n'est pas évident de prioriser mais nous avons le sentiment du devoir accompli", confie le maire, qui a précisé réfléchir et attendre la rentrée pour annoncer si elle se présente pour un second mandat. 

Corentin Corger

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité