A la uneFaits Divers

C’EST ARRIVÉ EN ÉTÉ Il y a 40 ans, une maman et son enfant tués

Jusqu'alors, le meurtrier n'a jamais été retrouvé...

Le journal "la Marseillaise" évoque en une le 16 juillet 1979, le double crime de Pouzilhac

Il est 22h, ce 14 juillet 1979. Un drame hors du commun va se jouer au bord d'une route du Gard.

Françoise, une mère de famille venant de l’Est de la France fait une halte sur la route des vacances qui doit l'emmener à la Grand-Motte. Il n'y a plus que quelques kilomètres à faire, mais la distance se fait sentir depuis le départ matinal depuis la Lorraine. Cette maman de 42 ans, qui est accompagnée de ses deux enfants à l'arrière, décide de stopper son véhicule sur la commune de Pouzilhac afin de se reposer quelques heures. Une halte qui va se terminer en tragédie.

Le matin même, ce 14 juillet 1979 à 8h, la vieille Peugeot 104 verte de la famille quitte la Meurthe et Moselle. Une longue journée de route attend la mère de famille afin de rallier la Méditerranée pour quelques jours de vacances avec ses deux enfants. À l'arrière du véhicule les gamins n'aspirent qu'à une seule chose : se baigner au bord de la grande bleue. Ils sont heureux, ils rient et chantent dans la voiture. 13 h plus tard la petite voiture familiale touche presque au but, il n'y a plus que 50 kilomètres à effectuer. Mais Françoise, épuisée par une journée passée à se concentrer sur la route, préfère s'arrêter un instant. La nuit tombe sur le Gard et elle décide de s'arrêter sur le bas-côté, près de la carrière de Pouzilhac, à quelques kilomètres à peine du Pont-du-Gard.

La mère poignardée à plusieurs reprises

C'est les vacances, la nationale 86 est très bruyante et passagère ce soir-là. Avec la nuit, la circulation est plus fluide mais des automobiles font ronronner leurs moteurs de façon régulière. Malgré les va-et-vient personne ne va voir l'horreur à quelques centimètres de la route. C’est là, à deux mètres de la Nationale et près d’un petit bois, que le drame va se jouer. Car "une bête immonde rode" diront les médias locaux plus tard.

Un coup de feu éclate dans la nuit, brisant la vitre du côté de la conductrice. La mère de famille est ensuite poignardée à plusieurs reprises. Le couteau effilé va également servir à tuer le garçonnet qui dort à l’arrière. La fille de Françoise, horrifiée est réveillée en sursaut et étrangement épargnée par le fou de Pouzilhac. Elle est le seul témoin du crime de sa mère et de son petit frère.

Lorsque les gendarmes sont alertés, il fait nuit noire dans le Gard près de la carrière du village. Les enquêteurs constatent avec effroi le double meurtre. Il n’y a plus rien à faire pour la maman et son garçon, Arnaud (10 ans), mortellement poignardés par une claire nuit d'été.

Dans les bois environnants, des pleurs surgissent. Ce sont ceux d’une fillette que les gendarmes retrouvent terrifiée et en état de choc. Elle parviendra à livrer un portrait robot qui n'a jamais diffusé dans la presse. Dans ce dossier, les gendarmes puis la police judiciaire ont multiplié les pistes. Celle d’un rôdeur attiré par des proies faciles, celle d’un voleur surpris par la mère de famille ou encore celle d’un détraqué sexuel venu assouvir ses fantasmes.

D'autres affaires criminelles sur le même secteur

Des liens ont été faits avec d’autres affaires qui sont survenues à l'époque sur cette ligne maudite située entre Bagnols-sur-Cèze et Remoulins. En effet, un an après le double crime de Pouzilhac, une prostituée était découverte violée et tuée... Un crime jamais qui n'a jamais résolu. En 1983, deux sœurs, sont attaquées dans le village voisin de Valliguières, l’homme ne sera jamais retrouvé. Ce soir-là, il a sorti un couteau et poignardé une jeune femme. Ce sont des automobilistes qui mettront en fuite l’agresseur, dont le portrait robot ressemble étrangement à celui fourni par la jeune survivante de la RN 86. La presse du début des années 80 évoque un "détraqué", qui sévirait dans le secteur. Un détraqué qui n'a jamais été retrouvé.

Le double meurtre de Pouzilhac rebondira en 1989, dix après les faits lorsqu’un homme va s’accuser du double meurtre. Mais la piste se referme rapidement devant les incohérences flagrantes de cet homme fragile psychologiquement. Depuis, le dossier n’a plus évolué. Françoise et son fils Arnaud ont été froidement tués sur la route des vacances, sans que le tueur ne soit démasqué.

Dans la petite commune de Badonviller, le souvenir de cette mère de famille et de son fils hante encore les villageois. 40 ans plus tard le mystère du double meurtre de Pouzilhac n'est toujours pas résolu.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité