ActualitésSociété

NÎMES Les parents d’élèves en ont assez des dealers et des guetteurs

(Photo Anthony Maurin).
La manif des parents d'élèves de l'école Georges-Bruguier à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Des parents d'élèves de l'école Georges-Bruguier, au Chemin Bas d'Avignon, appelaient à manifester devant les portes de l'école après de nouveaux problèmes concernant la drogue et les guetteurs du quartier.

C'est un problème récurrent qui a du mal à être réglé. Il faut dire que cette économie souterraine est florissante et qu'elle permet sans doute à une partie du quartier de vivre et non de survivre. "Politique de la ville", réaménagements urbains ou encore police de sécurité du quotidien : rien ne semble y faire, la drogue règne encore sur une partie du Chemin Bas d'Avignon.

" Nous n'avons pas peur mais je sais bien que beaucoup de mes voisins sont dans la drogue. Ils ne travaillent pas et roulent en belle voiture, comment font-ils ?, s'interroge Serge, croisé non loin de l'école et habitant du quartier depuis 37 ans. Je ne suis pas du tout jaloux et je ne leur en veux même pas car c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé pour s'en sortir. Maintenant j'apprends que les petits vont devant et même à l'intérieur de l'école pour faire leur business. C'est n'importe quoi ! Préservons notre jeunesse. Laissons-lui le temps de se corrompre par d'autres vices que la drogue ! "

(Photo Anthony Maurin).

Une maman est prête. La manifestation n'est pas son idée mais elle y adhère pleinement. " J'en ai marre. Mon fils de neuf ans rentre plusieurs fois par semaine à la maison en me disant qu'il a vu des dealers et des guetteurs. Ça devient presque un jeu... C'est triste car on donne à voir ces choses-là à nos jeunes ! Je ne le veux plus, avoue excédée une mère de famille. Le quartier doit changer depuis vingt ans mais c'est très lent, trop lent. Les jeunes sont happés par la drogue et l'argent facile. Les guetteurs préfèrent toucher l'argent de la drogue sans rien faire plutôt que de gagner leur salaire en travaillant "bêtement ", comme ils disent. C'est pour ça qu'ils ne vont plus à l'école mais ils ne doivent pas montrer cet exemple à nos enfants... "

Sur la droite, les garages de l'immeuble Le Portal (Photo Anthony Maurin).

Visiblement, les grands frères du quartier ont annoncé qu'ils allaient être plus vigilants et que ce genre de choses de ne se reproduiront plus ici. Est-ce normal de relater ça ? Pourtant c'est bel et bien le cas. Tout le monde sait, tout le monde se met une main devant les yeux et parfois mettent l'autre sur la bouche.

" Il est urgent de démolir les garages de l'immeuble Le Portal. Nous en achetons plusieurs chaque année avec la Ville pour stopper la machine mais c'est long, brosse Marc Taulelle, adjoint de la Ville et ancien président du conseil de quartier du Chemin Bas d'Avignon. C'est vraiment là-bas que se trouve le supermarché... On aimerait des réponses très fortes de l'État qui reste muet face à un problème perçu comme un cancer. Les élus locaux sont démunis et la police municipale ne saurait se substituer à la police nationale. "

(Photo Anthony Maurin).

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité