Culture

NÎMES Des oeuvres exposées dans un cabinet de kinésithérapie : « se mouvoir le corps, s’émouvoir le coeur »

Chris Nuez expose ses oeuvres colorées dans un cabinet de kinésithérapie à Nîmes. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

"Se mouvoir le corps, s'émouvoir le coeur". Cette pensée poétique est signée Christelle Nuez. L'artiste expose une vingtaine d'oeuvres remarquables de par leurs couleurs et leurs formes dans un cabinet de kinésithérapie à Nîmes.

Art et kinésithérapie. Si les deux domaines ne sont pas incompatibles, leur association n'est pas une évidence. Mais il suffit parfois d'un rien, d'un hasard, d'une rencontre pour que cela le devienne. C'est cette rencontre que nous raconte Christelle Nuez, en saluant son kinésithérapeute (*). Tout en soignant son mal de dos, il a satisfait l'appétit de la peintre nîmoise en cette période de disette culturelle et proposé d'exposer ses oeuvres dans son cabinet situé le long de l'avenue Jean-Jaurès. Le kinésithérapeute n'en est pas à son premier coup d'essai, il avait déjà ouvert ses portes à des artistes et observé le bien-être que pouvait procurer l'art chez ses patients. "Ces oeuvres apportent quelque chose de positif, permettent de faire le lien entre le corps et l'esprit", explique-t-il tout en rappelant ce qui résonne comme une devise : "pour qu'un être soit en bonne santé, le corps doit aller mieux, mais l'esprit aussi."

Quand l'art chasse la covid

Des propos que Christelle Nuez alias Chris, ne peut qu'approuver, elle qui pratique l'art-thérapie. Elle accepte donc la proposition et se met à peindre pour amener les patients à l'évasion, à l'inspiration. L'artiste offre ainsi sa vision de certains monuments, cette Tour Eiffel que l'on imagine faite en guimauve par exemple, ou cette Statue de la Liberté toute en rondeur. Quelques traits sur une toile, ce sont des danseurs qui s'animent. "Observez la façon de traiter les courbes. L'équilibre articulaire est certain, regardez, les individus ne peuvent pas se blesser", commente le kinésithérapeute admiratif du travail de son invitée.

Des couleurs éclatantes, parfois agrémentées de paillettes, accompagnent ces formes pour qu'enfin jaillisse de ces tableaux de la gaieté. Une bouffée d'air frais que l'on aspire volontiers malgré nos visages masqués. Des masques que l'on oublie presque, tout comme la raison qui nous pousse à le porter. Cette exposition chasse la covid dans les conversations entre les patients et le kinésithérapeute, un bienfait supplémentaire pour chacun d'entre eux, y compris le praticien. Elle a même déclenché chez une patiente l'envie et le courage d'exposer. Ses oeuvres remplaceront ainsi celles de Chris au début du mois de février.

Stéphanie Marin

*Pour des raisons professionnelles, le kinésithérapeute n'a pas souhaité que son nom soit cité.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité