A la uneActualitésSociété

LA RÉCAP' La ministre Moreno fait son cinéma, un feu d'artifice pour la préfète, Beaumet passe à la caisse

Élisabeth Moreno (à droite) aux côtés de l'acteur Nicolas Anselmo (à gauche) a découvert les coulisses de la série "Ici tout commence" (Photo Boris Boutet)
Tous les samedis à 19 h, Objectif Gard vous propose un rendez-vous sous la forme d'un flash-back sur les événements, petits ou grands, qui ont ponctué la semaine. C'est parti pour la Récap' !
La ministre Moreno fait son cinéma. Elle l'avait assuré dans nos colonnes : "Il s’agit d’un temps fort pour mon ministère." Ce jeudi, la venue dans le Gard de la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, Élisabeth Moreno, a permis à quelques rares témoins privilégiés, journalistes et élus, de s'offrir en exclusivité un nouvel épisode pas piqué des hannetons de la désormais institutionnalisée politique-spectacle étatique.
Inscrite dans le cadre de la tenue, mardi dernier, du premier comité de suivi du "Plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023", la visite officielle a vite tourné à la caricature. Accueillie comme une star sous l'oeil des caméras et des appareils photos d'une presse empressée (les nôtres y compris !), couverte de cadeaux, volant volontiers la vedette aux acteurs, le héraut désigné de la cause des femmes et de la communauté LGBTQIA+ - cet horrible sigle fourre-tout abscons aux allures de formule scientifique (dis)qualifie les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles -, a passé une bonne partie de sa visite officielle à Saint-Laurent-d'Aigouse, au château de Calvières, dans les coulisses de la série de TF1 Ici tout commence.
Endossant les attitudes et les mimiques de la groupie de base, la ministre fan a pu échanger tout à loisir avec les comédiens de ce sitcom à la sauce gauloise qui réunit chaque soir 4 millions de Français derrière leur petit écran et qui aborde ces questions de société. Calvières n'a rien eu d'un calvaire pour l'ancienne directrice commerciale Europe de l'entreprise chinoise de matériel informatique Lenovo, surprise sur le plateau de tournage à s'ébaubir de tout et à s'amuser comme une gamine de façon un peu puérile - "Je peux dire moteur ?".
Tout ça n'est pas bien grave mais montre toutefois les limites étriquées de l'action et de la communication d'un ministère pas franchement à la hauteur des enjeux et dont on serait en droit d'attendre autre chose que ces démonstrations pathétiques et l'utilisation populiste d'un feuilleton populaire. Et ce même si Élisabeth Moreno martèle que "la fiction et les médias ont un rôle à jouer pour faire évoluer les mentalités à l'égard des LGBT+", on continuera à penser que le sujet est bien trop important pour le confier à un quelconque ministère.
Sans compter que - tous bisexuels, homosexuels ou lesbiennes (*) - de nombreuses personnalités ayant marqué l'Histoire, la science, les arts, la musique et la littérature restent, de part leur talent, leur charisme ou leur œuvre, les plus convaincants émissaires d'une communauté qui n'a pas besoin d'ambassadeurs de cette farine pour faire évoluer les mentalités vers la tolérance universelle et le respect auquel chacun a droit. Prochaine étape encore plus "bling bling " et décalée : le jour où pour se mettre en scène la ministre se toquera de monter sur le char de tête pour animer la joyeuse célébration de la confraternelle et polychrome Gay Pride... Chiche !
* La poétesse grecque Sappho, Aristote, Alexandre le Grand, Léonard de Vinci, le roi d'Angleterre Richard cœur de lion, William Shakespeare, Louis XIII, Frédéric II de Prusse, Frédéric Chopin, Gustave Flaubert, Verlaine et son ami Rimbaud, Marcel Proust, qui entretenait une liaison avec Lucien Daudet, le fils du Nîmois Alphonse, Colette, le peintre Francis Bacon, Eleanor Roosevelt, Rudyard Kipling, James Dean, François Sagan, David Bowie ou Sonia Rykiel (liste non exhaustive)...
(Photo d'illustration)
Un feu d'artifice pour la préfète. Tout juste installée dans ses nouvelles fonctions, la nouvelle préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon, a bien failli avoir à gérer une véritable catastrophe. On ne sait s'ils avaient mal calculé leur coup ou sous-évalué les effets, mais toujours est-il que les spécialistes du service régional du déminage ont déclenché le tonnerre en détruisant 220 kilos de bâtons d'explosifs dans une carrière de Pont-Saint-Esprit. La déflagration engendrée par ce feu d'artifice volontaire a été perçue à des kilomètres à la ronde et a occasionné quelques dégâts matériels dans les environs proches de l'explosion (bris de vitres, déformation d'une construction modulaire Algeco) ainsi que sur le bâtiment de l'exploitation viticole Les Vignerons du Sud à Saint-Alexandre, commune proche de Pont-Saint-Esprit. Mieux vaut tard que jamais, les élus ont été informés de l'origine et du contexte de l'explosion. Fort heureusement dans ce "big bang" pyrotechnique personne n'a été blessé. L'histoire ne dit pas si la préfète s'est mise en pétard et si les artificiers ont dû subir ses foudres.
(Photo DR).
Beaumet passe à la caisse. Voilà une nouvelle dont on espère qu'elle servira de leçon à d'autres et qui réjouira ceux qui en ont assez tous les jours d'être sollicités de façons intempestives voire intrusives. C'est-à-dire quasiment tout le monde ! Cette semaine, l’entreprise SAS Groupe Beaumet énergies, basée à Bagnols/ Cèze, vient d’écoper d’une amende de 366 930 euros infligée par la Direction départementale de la protection des populations du Gard dans le cadre de l’interdiction du démarchage téléphonique dans le secteur de la rénovation énergétique. Non pas qu'on en veuille particulièrement à cette entreprise gardoise, mais il est bon que ne perdurent pas les pratiques illégales et horripilantes de ceux qui, encore plus en cette période de confinement et de couvre-feu, vous téléphonent sans cesse pour vous expliquer qu'il faut à tout prix vous isoler (pas vous, c'est déjà fait, mais votre habitation !). En parallèle, on notera l'inutilité patente du système Bloctel instauré par l'État qui n'a jamais bloqué quoi que ce soit et dont l'efficacité est à comparer à celle d'un cautère sur une jambe de bois.

Philippe GAVILLET de PENEY

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité