Bagnols-UzèsPatrimoine

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON Une plaque pour reconnaître l’histoire du camp des Oliviers

La plaque officielle reconnaissant l'histoire du camp des Oliviers a été dévoilée ce samedi 18 septembre à Villeneuve-lez-Avignon. (Marie Meunier / Objectif Gard)
C'est Bernard-Henri Martin, président du quartier du camp des Oliviers, qui a eu l'idée de cette plaque. Il en avait parlé à la maire, Pascale Bories, lors d'une réunion de quartier. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce samedi, a été inaugurée la plaque du camp des Oliviers. Cet ancien site militaire a accueilli pendant une centaine d'années de jeunes appelés. Pan entier de l'histoire villeneuvoise, il était donc tout naturel de dévoiler cette plaque en ce week-end des Journées européennes du patrimoine. 

L'idée de mettre à l'honneur ce lieu remonte il y a quelques mois. C'est Bernard-Henri Martin, président du quartier du camp des Oliviers, qui l'a suggérée à la maire, Pascale Bories, lors d'une visite de quartier. "C'était une chose évidente de mettre en valeur ce patrimoine bien que Villeneuve-lez-Avignon ne manque pas de monuments historiques", dit-il avec émotion, entouré de la première magistrate, de l'élue aux Anciens combattants, Monique Tapissier, et du colonel François Perrier, chef de corps du 1er Régiment étranger de Génie.

Aujourd'hui, la seule trace encore visible de la caserne se résume à une guérite. Alors, quand des anciens passés par le camp tentent de retrouver ce lieu de leur jeunesse, ils éprouvent de grandes difficultés. Pascale Bories a tenu à remercier les associations d'anciens combattants dévolues à la préservation de ce patrimoine.

Un site militaire occupé jusqu'en 1984

L'édile a ensuite retracé l'histoire du camp des Oliviers : "Ce camp trouve ses racines en août 1865 lorsque le 1er Régiment d'artillerie pontonnier quitta son lieu de garnison à Strasbourg pour arriver à Avignon le 28 août 1865. Le quartier des Perrières devint alors un terrain permanent pour permettre aux militaires d'effectuer leurs manoeuvres."

En 1894, ce régiment prendra le nom du 7e Régiment du génie et ce dernier participa à de nombreuses campagnes militaires et pris part aux deux conflits mondiaux. "En 1946, se trouvant trop à l'étroit dans les bâtiments de la cité des papes, le 7e Régiment de Génie voit une partie de son effectif déplacé dans le tout nouveau camp des Oliviers. Toujours en 1946, le camp devint le groupement d'instruction du 29e Bataillon du génie. En 1984, le 7e Régiment du Génie fut dissous pour laisser place au 7e Bataillon de Génie de la Division alpine, lui-même dissous en 1994", conclut Pascale Bories.

Le camp des Oliviers fut donc le lieu où de jeunes appelés ont reçu leur formation militaire élémentaire. Parmi eux, Victor Maillet, ancien adjoint de la commune pendant deux mandats, qui a fait ses classes ici et a même été chef de section de 1963 à 1965. C'est sur l'ancienne guérite qu'a été dévoilée la fameuse plaque, rendant hommage à tous les Français de passage à Villeneuve dans leurs jeunes années au temps de la conscription (service militaire obligatoire, ndlr).

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité