Bagnols-UzèsFaits DiversGardJustice

GARD La conductrice de 85 ans percute une femme puis s’enfuit : la victime handicapée à vie

(Photo d'illustration : Anthony Maurin)

Tribunal. Une dame, âgée de 85 ans lorsque l'accident est survenu le 29 mai 2019 à Pont-Saint-Esprit, était devant la justice pénale hier. Elle est poursuivie pour des blessures involontaires. Elle a percuté une femme qui traversait sur le passage pour piétons. La conductrice s'est arrêtée avant de repartir en voiture alors que la victime était à terre, projetée à plus de 15 mètres.  

"Madame, la visibilité était très bonne ce jour-là. Il est 12h15 vous percutez cette dame qui traverse sur un passage pour piétons, puis vous vous arrêtez avant de vous enfuir sans vous préoccuper de la victime très grièvement blessée. Je ne comprends pas votre attitude", interroge le président Jérôme Reynes. "Je ne sais pas, je n'ai pas trop réalisé l'importance. Je n'ai pas vu que c'était grave", répond la dame en baissant les yeux à la barre du tribunal.

Un témoin de l'accident, voyant la conductrice aux cheveux blancs continuer sa route, a décidé de la poursuivre afin de relever son numéro d'immatriculation et l'endroit où le véhicule était garé. Un jeu d'enfant ensuite pour les gendarmes venus sonner à la porte de le vieille dame. "Et là votre première réaction est d'inventer une histoire madame", reprend le président du tribunal. L'octogénaire avait affirmé aux militaires qu'elle croyait avoir percuté une pierre !

"Vous vous êtes enfoncée en mentant aux gendarmes. Ce qui m'étonne le plus c'est votre désinvolture, estime le substitut du procureur. La désinvolture de madame au moment de l'accident alors qu'elle voit une femme à terre, votre désinvolture durant la fuite et votre désinvolture aujourd'hui", estime le représentant du parquet de Nîmes.

D'autant que la victime, âgée de 61 ans, a été très grièvement blessée avec des séquelles à vie et un handicap énorme. "Par exemple, elle attrape une télécommande, mais ne peut pas l'utiliser, elle est alimentée artificiellement et elle est incapable de comprendre certains actes de la vie quotidienne", complète le président Reynes.

"Il n'y a pas d'âge pour faire n'importe quoi, elle était au moment du choc dans une forme de sidération, c'est pour cela qu'aujourd'hui encore elle dit qu'elle n'a pas vu cette dame traverser. Pour ma cliente c'est une forme de protection", souligne son avocat.

L' octogénaire, inconnue jusqu'à présent de la justice, a été condamnée lundi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 18 mois de prison avec sursis et l'interdiction de repasser le permis de conduire pendant 10 ans. Son véhicule est en outre confisqué.

Boris de la Cruz

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité