ActualitésBagnols-UzèsSociété

PONT-SAINT-ESPRIT La ville célèbre le jumelage et l’Europe

Ce samedi, lors de la fête du jumelage à Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce samedi, lors de la fête du jumelage à Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La fête du jumelage, première du nom à Pont-Saint-Esprit, se tenait ce week-end en présence des délégations des quatre villes jumelles de la commune : Haverhill (Angleterre), Egelsbach (Allemagne), Penacova (Portugal) et Ovada (Italie). 

Après une journée rythmée par une visite sur le marché, puis du patrimoine de la ville et une réunion de travail, les délégations se sont retrouvées en fin de journée dans la cour de la Cazerne pour un moment festif. Un moment aussi pour faire passer des messages, des représentants des quatre villes prenant la parole. Ainsi, la présidente du comité de jumelage d’Haverhill, Helen McMagnus, rappellera que « le Brexit est à l’opposé de l’éthique du jumelage des villes. » Le maire d’Egelsbach, Tobias Wilbrand, le seul élu à avoir fait le déplacement, en profitera pour fêter avec un an de retard le trentième anniversaire du jumelage entre les deux villes. L’élu estimera ensuite que « la guerre fratricide que les dirigeants russes mènent contre l’Ukraine montre à quel point nous devons nous rapprocher entre frères européens. » Et le maire d’Egelsbach d’espérer que les actions autour du jumelage entre sa commune et Pont puissent reprendre après leur interruption à cause de la crise sanitaire.

Le représentant de Penacova, Fernando Madeira, souhaitera lui aussi retrouver les relations nouées avant le covid, et celui d’Ovada, Enzo Puppo, lira un message du maire de la commune italienne évoquant la paix, « l’objectif du jumelage et de l’Europe. » Le président du comité de jumelage de Pont, Michel Mermet, espèrera pour sa part que cet événement « créera une nouvelle dynamique qui permettra de nouveaux échanges et de nouvelles actions » avant d’avoir lui aussi un mot pour l’Ukraine. Les échanges, l’amitié entre les peuples, « depuis le 24 février (début de la guerre en Ukraine, NDLR), cet attachement doit être encore plus une priorité pour nous tous », affirmera la maire Claire Lapeyronie. Des échanges que la commune souhaite « développer encore plus », affirmera-t-elle ensuite, « pour vivre ensemble l’Europe afin de la faire vivre et de cultiver nos valeurs communes et cultiver la paix. » 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité