A la une
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 20.03.2019 - veronique-palomar - 3 min  - vu 142 fois

MERCREDI CULTURE De l'art, des chimères et des poissons...

Du 29 mars au 20 juin, de l'art immergé à voir au Seaquarium du Grau-du-Roi.
L'immersion nécessite l'intervention de plongeurs pour la mise en place (photo D.R)

Magie de l'immersion qui invite à un voyage vers une autre dimension artistique  (Photo D.R)

Du 29 mars au 30 juin, Charlotte Caragliu expose au Seaquarium du Grau-du-Roi. Placées dans les aquariums, ses œuvres donnent à la visite une dimension chimérique.  

Pour répondre à l’invitation de la résidence d’artiste mise en place par le Seaquarium du Grau-du-Roi du 4 février au 27 mars, Charlotte Caragliu réalise une nouvelle série d’œuvres sous le nom de "Frozen Motions, Vers ces murmures qui ressemblaient à des chimères". Des moulages de corps en résine et poudre de marbre sont immergés dans les aquariums. Une invitation au rêve.

Des corps se dévoilent …

Les habitants du lieu sont-ils sensibles à ce nouveau décor ?  (Photo D.R)

Ces sculptures prennent leurs influences via l’esthétique des statues antiques mais aussi via les codes de la société contemporaine. Fantomatiques et divins, ces corps se dévoilent et ils racontent une histoire. Comme victimes d’une sorte d’arrêt sur image, ils sont placés au coeur d’une nouvelle interprétation.

Sublimer ce qui peut repousser…

Des moulages de reinette et de poudre de marbre un travail délicat et patient qui demande de longs temps de séchage (Photo D.R)

La mort, la folie, le politiquement non-correct se traduisent par une esthétique épurée et poétique. Utilisant l’art comme un moyen de déconstruire les notions de normes telles que nous les entendons, elle tend à perturber le rapport du soi, de sa représentation et de son rapport à l’autre. Cherchant à sublimer ce qui peut repousser, elle crée une nouvelle esthétique du corps et de ses envies, de l’instant partagé avec autrui.

Cabinet de curiosité

Comme un appel vers les abysses (Photo D.R)

Le travail de Charlotte Caragliu est une sorte de cabinet de curiosité ou musée contemporain des étrangetés : objets, images, écrits, sonorités et mise en scène sont mêlés afin d’élaborer un univers particulier retraçant le réel sans tabou.

De l'événementiel à la création

Charlotte Caragliu (auto-portrait)

Charlotte Caragliu vit et travaille à Montpellier. À travers sa démarche artistique, la jeune femme cherche à interroger les codes sociétaux pour mettre en avant les marginaux. Des anecdotes intimes, des faits, des péripéties sont retranscrits en volumes, installations, dessins, photographies, textes et performances, un langage universel qui lui permet de s'adresser à tous.

"Je suis sortie de l’École supérieure des Beaux-Arts de Nîmes en 2012. Je faisais principalement du volume et de l’installation dans une démarche plus proche de la notion d’Art et Science, avec déjà une esthétique épurée : peu de couleurs, des matériaux pour la plupart industriels comme du bois, du plâtre, de l’acier et aussi de la résine, Explique-t-elle. J’ai passé mon diplôme (DNSEP) et je me suis consacrée à l’organisation d’événements jusqu’à l’ouverture d’un lieu culturel alternatif à Nîmes, le CRIC, pour mettre en avant la jeune création contemporaine de la région et la mise en place d’un festival, Get Used To Queer. 

Plus tard, on m’a proposé des expositions, notamment l’année dernière (2018) où Sylvie Logeux m’a invité pour une exposition personnelle dans la galerie Musidora du Lycée Louis Feuillade et dans l’Espace Louis Feuillade qui est une chapelle sublime dans laquelle j’ai eu la chance de réaliser une vingtaine d’œuvres. De là, j’ai fait basculer mes activités vers une démarche de création, plus épanouissante à ce moment-là, bien que l’organisation d’événements m’ait beaucoup appris, c’est un domaine que je préfère mettre de côté pour l’instant."

Des œuvres déjà visibles

Charlotte Caragliu Seaquarium expo (Photo D.R)

Certaines œuvres sont déjà visibles dans les aquariums mais la pièce maîtresse, qui demande un séchage long et une manutention lourde, ne sera immergée par quatre plongeurs qu'à la fin du mois.

Vernissage jeudi 28 mars à 18h au Seaquarium du Grau-du-Roi. Avenue du Palais de la Mer.

L'exposition sera visible du 29 mars au 30 juin.

Véronique Palomar

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais