Actualité générale.ActualitésPolémique.

COUAC Les opposants au nouveau Grand Alès saisissent le tribunal administratif

Mercredi 11 octobre, le préfet du Gard, Hugues Bousiges, signait l'arrêté de fusion de la communauté d'agglomération Cévennes Alès élargie à cinquante communes, incluant bien entendu la fameuse 2C2A.

Et si l'on pensait que cette signature mettrait enfin un terme au débat lancé il y a plus de deux ans maintenant, c'est bien mal connaître les opposants à ce schéma départemental de coopération intercommunale rassemblés en une association ARDIECE. Aux grands maux, les grands remèdes, ils ont même décidé de saisir le tribunal administratif.

"Les pressions diverses sont parvenues à inverser les avis de conseils municipaux et du conseil communautaire qui s'étaient prononcés contre la première tentative de fusion. [...] Les communes amenées à rejoindre la nouvelle EPCI sont condamnées à découvrir les répercussions de cette fusion au fil du temps. ARDIECE maintient donc son opposition à cette fusion et décide d'attaquer cet arrêté devant le tribunal administratif" a-t-on appris par voie de communiqué.

Affaire à suivre...

S.Ma

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “COUAC Les opposants au nouveau Grand Alès saisissent le tribunal administratif”

  1. Les citoyens ne veulent pas être intégrés de force dans une agglomération alors que leur communauté de communes leur convient bien.
    Une majorité s’est exprimée là dessus .
    C’est un problème de démocratie.

  2. Quand donc se souciera-t-on de l’opinion des citoyens. Ce préfet et les élus qui le suivent méprisent totalement l’expression claire des habitant de la 2C2A.

  3. Non pas deux, mais trois années passées à essayer de faire entendre la voix d’une communautés de commune forte de 10000 habitants, qui n’était,a priori pas concernée par cette réforme territoriale puisque la loi devait s’appliquer à des communautés de communes de moins de 5000 habitants.
    Un Préfet Sarkosiste et autoritaire rappelé miraculeusement aux affaires car soutenu par des élus socialistes alors qu’il avait fait valoir son droit au départ à la retraite,et,qui signe en catimini un arrêté de fusion.
    Alès, une ville épinglée par la cour des comptes régionale pour sa gestion dispendieuse. Son maire,ex député cumulard ambitieux qui besoin de surface fiscale pour continuer sa fuite en avant vers la faillite. Des promesses faites pendant la campagne électorale des présidentielles non tenues pour des raisons de stratégie politique régionale.
    Une opération de gendarmerie violente menée contre les opposants à ce projet ubuesque,de multiple plaintes mais une action en justice prudemment enterrée.
    Des élus flairant la possibilité d’augmenter fortement leur émoluments qui anticipent la fusion en manoeuvrant de manière autoritaire,et d’autres qui retournent leur veste.
    Et maintenant,une nouvelle action en justice qui a toute les chances de ne pas aboutir.
    Nous vivons une époque formidable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité