A la uneActualités

ALÈS Centre commercial « Porte Sud » : la justice déroule le tapis rouge à la ville

Ghislaine Soulet, conseillère municipale Front de Gauche à la mairie d'Alès. Eloïse Levesque/Objectif Gard
Ghislaine Soulet, conseillère municipale Front de Gauche à la mairie d'Alès. Eloïse Levesque/Objectif Gard

Sur les bords du Gardon, le centre commercial « Porte Sud » a toutes ses chances d'être construit malgré son classement en zone inondable par la préfecture. Plusieurs décisions de justice remettent en cause la validité du plan de prévention du risque inondation (PPRI) élaboré par l’État et tendent à donner raison à la ville.

La bataille juridique entre l’État et la Ville se poursuit autour de l'aménagement d'un futur complexe commercial dans la zone dite du Mas d'Hours, en bordure du Gardon. Ghislaine Soulet, conseillère municipale de l'opposition, suit l'affaire de près. Elle ne cache pas son inquiétude de voir le projet « Portes Sud » sortir de terre, sur une zone pourtant classée en « aléa fort » dans le PPRI validé en 2010 par la préfecture.

Mais depuis cette date, la mairie et le promoteur Claude Dhombres montrent les dents pour arriver à leurs fins. Après l'enquête publique de septembre dernier, la ville obtient du tribunal administratif de Nîmes la suspension de l'arrêté du préfet imposant le PPRI. Elle évoque alors « un préjudice grave à ses intérêts publics » pour défendre son projet immobilier, un « atout pour la commune dans une situation économique délicate ». Autre argument : le PPRI ne peut s'imposer à la collectivité car il est régi par une circulaire interne aux services de l’État et non par une loi. L'abrogation partielle du plan local d'urbanisme pour rendre constructibles ces parcelles ne serait donc plus nécessaire. « C'est sans doute pour cette raison que l'on attend toujours la délibération en conseil municipal », remarque Ghislaine Soulet.

Les terrains à nouveau constructibles

Toujours en septembre 2014, la Cour d'appel de Lyon juge à son tour que les risques de rupture de digue ne son pas avérés, avançant les travaux hydrauliques réalisés dans le Gardon faisant baisser de 40 cm la ligne des eaux. Elle confirme ainsi qu'il n'y a pas d'aléa fort. Enfin, le dernier jugement du tribunal administratif de Nîmes, rendu le 3 février dernier, annule les dispositions du PLU (Plan Local d'Urbanisme) sur cette zone. C'est donc désormais le plan d'occupation des sols de 1997 qui s'applique à ces parcelles, autorisant ainsi l'urbanisation à moyen ou long terme. Mais pour la préfecture, ces terrains sont toujours dans une zone d'expansion des crues.

Aujourd'hui, le ministère de l'écologie s'est donc pourvu en cassation auprès du Conseil d’État pour contester ces décisions. « Nous espérons que le PPRI va devenir une loi qui s'impose. Sinon la porte est ouverte à l'urbanisation dans toutes les communes », s'inquiète Ghislaine Soulet, qui s'interroge sur « le système opaque » de la municipalité sur ce dossier.

Lire aussi

ALÈS Un futur complexe commercial sur une zone inondable ?

ALÈS Le projet du complexe commercial mis à rude épreuve par les habitants

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “ALÈS Centre commercial « Porte Sud » : la justice déroule le tapis rouge à la ville”

  1. Dans quelques temps quand le secteur sera bien inondé avec des dégâts peut être humain , on invoquera la fatalité ou… on se demandera comment a t-on pu autoriser des constructions supplémentaires au bord du gardon?
    PB : les promoteurs ont de l’argent pour persévérer et épuiser la justice et , en plus ils bénéficient souvent de la complicité de politiciens « amis ».

    1. Tout à fait d’accord. Et la situation est exactement la même à Nîmes, pour les mêmes raisons. C’est vraiment scandaleux.

  2. J’habite à Alès et je sais que ce terrain n’a pas été inondé en 1958 et 2002, en plus les moyens d’alerte au crue permettent de prendre les mesures nécessaires pour éviter le risque humain dans des zones commerciales. Je suis au chômage, je recherche du travail en vain alors il faut arrêter de ce servir d’un principe de précaution à outrasse pour permettre aux personnes de trouver du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité