Culture

FAIT DU JOUR Une nouvelle salle de concert inaugurée à Alès

Une partie de la joyeuse équipe de l'Antrepote. EL/OG
Une partie de la joyeuse équipe de l'Antrepote sur la petite scène. EL/OG

Quatre potes viennent de lancer le pari d'une véritable salle de concert à Alès, d'une capacité de 600 places. Elle accueillera toutes les générations d'amateurs de musique, du rock au rap, en passant par la musette et le jazz. Une première dans la capitale cévenole.

Elmer Food Beat, Skip The Use, Yaniss Odua, la première saison musicale de l'Antrepote s'annonce d'ores et déjà prometteuse. Il faut dire que Dimitri - musicien -, Noémie - administratrice -, Cathy - cuisinière -, et Yves, ancien patron du Provence, n'ont pas fait les choses à moitié. D'un entrepôt abandonné, les quatre potes ont investi 80 000 € de travaux, dont 30 000 € pour la sono et 10 000 € pour l'acoustique, près de la rocade, afin de proposer aux Cévenols - toutes générations confondues - un véritable espace dédié à la musique. "On ne pouvait plus travailler et on voulait faire un projet commun. Il manquait quelque chose sur Alès, un vrai lieu pour bouger le week-end", note Dimitri, accordéoniste, 33 ans, originaire de Lille.

Un espace de 400 m² entièrement rénové. EL/OG
Un espace de 400 m² entièrement rénové. EL/OG

En septembre, une scène de 45 m² accueillera jusqu'à 450 spectateurs avec espace VIP. Tous les styles de musique seront invités à s'y produire, du local au national. En attendant la fin des travaux, depuis vendredi dernier, l'Antrepote propose déjà dans une première partie du complexe une scène pour les concerts de plus petite envergure. Au programme : des bœufs le jeudi, des scènes ouvertes le vendredi et des concerts le samedi. "Je jouerai de la contre-bassine, l'ancêtre de la contre-basse", lance Yves, 52 ans, Alésien et musicien à ses heures. "Et moi de la musette le dimanche après-midi!", renchérit Dimitri. Une partie restaurant est également à disposition tous les midis et trois soirs par semaine.

Un lieu original et atypique

L'espace détente-restaurant. DR
L'espace détente-restaurant. DR

Mais l'Antrepote ne serait rien sans les idées farfelues de ses créateurs. En plus des deux scènes, ils souhaitent en faire  un espace de rencontre insolite. Sièges recyclés à partir de tonneaux, banquettes montées avec des palettes de bois, urinoires issus de fûts de bière découpés, le lieu regorge de surprises. Un coin exposition va également mis en place pour faire connaître les artistes de la région. "On aimerait aussi faire tourner un tatoueur, un barbier et pourquoi pas un masseur", avance Dimitri. "On a déjà pris des contacts. Notre volonté est d'aider les entrepreneurs locaux".

Autre projet à l'étude : une navette pour relier le centre ville à partir de septembre, avec un bus prêté par la mairie. "On a choisi la rocade pour diverses raisons. Il nous fallait de l'espace et pas de voisinage. Surtout, c'est beaucoup moins cher. Mais on ne veut pas être isolé", souligne Dimitri, qui s'occupera essentiellement de la programmation musicale.

Reste à la bande joyeux lurons de se faire connaître sur le bassin. Ils envisagent de créer quatre emplois d'ici quatre ans.

Prochains concerts :

- 13 juin : Les Pieds Jaloux (pop-funk)
- 20 juin : Thonio Arenas (flamenco)
- 4 juillet : Les Ephémères (rock festif)

Pratique

L'Antrepote
180 rue Jacquard
30 100 Alès
antrepote@gmail.com
Sur Facebook : L'Antrepote
Fermeture du 15 juillet au 15 août.

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité