A la uneActualitésEconomiePolitique

NÎMES MÉTROPOLE École d’ingénieurs : Yvan Lachaud (UDI) passe sans les voix de droite

Conseil communautaire de Nîmes Métropole. Photo d'illustration : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Conseil communautaire de Nîmes Métropole. Photo d'illustration : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Nouvelle onde de choc dans la majorité UDI-Républicains-Indépendants… Ce soir en conseil communautaire, la droite s'est abstenue sur le dossier d'implantation d'une école d'ingénieurs dans les locaux de l'École des Mines, retranchée en 2017 à Alès. 

Dans l'imbuvable cocktail des 65 délibérations soumises aux conseillers communautaires, il y en a une qui a fait ruer dans les brancards : l'installation d'une école d'ingénieurs privée (Groupe HEI-ISA-ISEN) pour anticiper le départ soudain de l'EMA (École des Mines d'Alès). À en croire Yvan Lachaud, le litige entre la CCI Nîmes, propriétaire des locaux, et l'établissement, sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, "serait en passe d'être résolu". L'organisme consulaire, qui a gracieusement installé l'EMA dans le parc Georges Besse, lui réclame un remboursement des aides.

Que dit la délibération ? 

Il n'en reste pas moins que Nîmes se verra amputer d'un pan de son offre, à forte valeur ajoutée, de formations. Rapporteur de la délibération : Jacky Raymond. Le vice-président à l'enseignement supérieur tente de convaincre les élus UNM (dont le maire Républicain de Nîmes, Jean-Paul Fournier) qu'il sait ô combien réticents. En réunion des maires, puis en conférence à Milhaud la semaine dernière, bon nombre d'entre eux se sont soulevés contre ce projet. La délibération a d'ailleurs été à plusieurs reprises "toilettée, mal toilettée", dénonce Eddy Valadier, président du groupe UNM (Union Nîmes Métropole).

"La formation et le développement économique, compétence pleine et entière de Nîmes Métropole, sont intimement liés, ce n'est pas moi qui vais l'inventer !", lance le rapporteur. Concrètement, la délibération prévoit dès septembre 2016 l'implantation d'un cycle Bachelor BAC +3. "Dans un second temps, à partir de 2017, sera créé un cycle «Master/Ingénieur», plus centré sur les besoins de développement local des entreprises (…) La Région a un déficit en formations et les retombées économiques pour le territoire pourraient être plus qu'intéressantes", poursuit Jacky Raymond. Soucieux de défendre son projet, le président UDI Yvan Lachaud rappelle que l'implantation de cet établissement se fait "sur proposition de la Région et du recteur de l'académie. Montpellier n'a pas les locaux nécessaires pour accueillir l'établissement. Plusieurs villes sont candidates… Nous avons suffisamment vu les trains passer !".

Jacky Raymond, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l'enseignement supérieur et à la formation professionnelle. Photo : CM/OG.
Jacky Raymond, vice-président de Nîmes Métropole, délégué à l'enseignement supérieur et à la formation professionnelle. Photo : CM/OG.

La gauche et la droite dégainent

L'opposition demande la parole. La communiste Catherine Bernié-Boissard s'interroge sur le coût du projet : "Nîmes Métropole aurait à financer 20 millions d'euros ? (Le montant a été retiré dans la dernière version de la délibération, NDLR) D'ailleurs que sait-on de la réussite de ce projet ? N'est-ce pas un peu hasardeux ?". Un sentiment partagé par Sylvette Fayet (PCF) qui entend s'abstenir sur le sujet.

Eddy Valadier demande une suspension de séance. Les élus UNM disparaissent de l'hémicycle pour revenir quelques minutes plus tard. "Ecoutez, nous n'avons pas priorisé les projets annuels du PPI* (Plan Pluriannuel d'investissement). Il y a déjà beaucoup trop de dossier pour l'instant", introduit le président de groupe. Avant de développer : "A la lisère de la compétence développement économique, Nimes Métropole souhaite la création de cette école, mais c'est une compétence de la Région et de l'Etat. (…) Nous sommes réservés sur les conséquences financières d'un tel projet. C'est pour cela que nous nous abstiendrons". Comme un soutien dont il se serait bien passé, Yoann Gillet (FN) prend la parole pour défendre le projet d'Yvan Lachaud : "Ici, à longueur de temps, vous votez des délibérations pour financer des conneries ! Pour une fois qu'on a de l'ambition pour le territoire, vous vous abstenez".

Pour procéder au vote, les élus lèvent leurs mains. La partie semble serrée, mais au final le score est sans appel : 41 abstentions et 52 favorables. Si Yvan Lachaud a gagné une bataille, il n'a pas encore gagné la guerre. Jean-Paul Fournier se réservant le droit, en sa qualité de maire, de préempter le bâtiment ... pour y mettre les services techniques de la ville … A suivre.

*La PPI doit être finalisé à la rentrée avant que soit voter le budget 2016 de Nîmes Métropole, en novembre.

Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “NÎMES MÉTROPOLE École d’ingénieurs : Yvan Lachaud (UDI) passe sans les voix de droite”

  1. Le Front National soutient l’investissement dans la matiére grise, la formation, le développement économique, l’emploi lorsque l’UMP chipote ici et dépense des milllions pour des zones de non droit.

  2. Fournier devient complètement idiot. Pourquoi faut il que Nîmes regarde passer le train. Que ferait la mairie de ce bâtiment…… A t elle les moyens de le préempter et pour en faire quoi? Restons un peu sérieux. Oui tous les projets qui permette au territoire de se développer est bon à prendre. Pourquoi messieurs et mesdames des Républicains s’abstiennent sur des projets de développement économique. Peut être juste pour mettre des bâtons dans les roues de Monsieur Lachaud. C’est vraiment minable de gérer nos collectivité juste en fonction des personnes. Je suis Républicain, et je désapprouve profondément l’attitude des élus locaux de mon parti. Ça me dégoûte. Je commence à penser que le 3ème mandat de Monsieur Fournier est le mandat de trop……..

  3. surtout, quand c’est pour montpellier c’est la région qui paie (avec nos impôts), quand c’est pour Nîmes, on doit financer tout seuls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité