Culture

BAGNOLS Reggae : le Zion Garden revient plus grand et tout seul

L'an dernier, au Zion Garden (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
L'an dernier, au Zion Garden (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pour la première fois, le Zion Garden sera le seul représentant de la culture reggae cet été à Bagnols.

Et pour cette cinquième édition, qui se tiendra du 20 au 25 juillet, le Collectif Boulega ne compte pas changer une recette qui gagne, et qui a drainé l’année dernière « 30 000 personnes sur la semaine », revendique le vice-président du Collectif Boulega Luc Parayre.

« Une année de transition »

Ainsi, certaines choses ne changent pas pour cette cinquième : le tarif, toujours de 2 euros pour la semaine, et le lieu, toujours proche de la Cèze, en direction de Carmignan. « Il a été question d’aller au parc Rimbaud, affirme Luc Parayre. Mais la mairie nous l’a proposé en mars, et c’était trop tard pour cette fois. » Pour autant, les organisateurs n’écartent pas la proposition, loin de là : « la porte est ouverte pour l’an prochain, note Luc Parayre. Pour nous c’est une année de transition, il faut qu’on arrive à montrer qu’on est capables de monter d’un créneau, de progresser. »

Et pour ce faire, le Zion grandit, avec une ouverture des portes dès 8 heures du lundi au samedi, la mise en place d’une aire d’accueil de 1 000 emplacements située sur un terrain mitoyen et un site agrandi, de 8 000 mètres carrés. « Nous allons mettre l’accent sur les animations — notamment pour les enfants—, les ateliers et les conférences », explique Arnaud Latard, chargé de la communication du Collectif Boulega. Le marché sera toujours proposé aux festivaliers, tout comme les stands de prévention.

Un parrain prestigieux

Côté artistique, « dans l’ensemble il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs du reggae avec du reggae français, du dub, des sound-system, du roots, affirme Arnaud Latard. On garde le principe des soirées à thèmes, avec une soirée sound system le jeudi soir où nous accueillerons Solo Banton, OBF et After All, et une soirée dub night le samedi avec aussi du très beau monde. »

A propos de beau monde, le chanteur emblématique du groupe the Congos le jamaïcain Cedric Myton sera présent durant tout le festival en tant que parrain, « avec des lives, des interviews et des rencontres, précise Arnaud Latard. Il était venu l’an passé et la démarche et le lieu lui ont plu. »

Et aussi :

Les organisateurs peuvent déjà compter sur 180 bénévoles, mais en recherchent encore. Toutes les infos et le programme complet du festival ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “BAGNOLS Reggae : le Zion Garden revient plus grand et tout seul”

  1. « il faut qu’on arrive à montrer qu’on est capables de monter d’un créneau, de progresser » <- vu d'où ils partent, ils ne peuvent que progresser, surtout en terme de sérieux. Depuis des années le zion joue avec le feu: off officieux avec le Garance (ils se sont greffés sur le festival sans aucun accord préalable avec l'organisation), aucune commission de sécurité (car le terrain est un terrain privé), aucune autorisation… bref, un gout immodéré pour le bricolage et l'amateurisme. Cette année, je sens bien que ça va être le pompon vu leur propension a se foutre royalement de la législation. J'espère pour eux qu'il n'y aura pas de problème…

    1. Encore un « je sais tout et je vais vous le dire ». Triste!

      A l’évidence, le Zion Garden était les années précédentes le off libre du Garance, se déclarait comme tel et était reconnu comme tel par les 12 000 visiteurs de la semaine.
      Un plan de sécurité a été chaque année présenté au Préfet du Gard et validé.
      Les commandants respectifs de la police Nationale et des pompiers visitaient le Zion Garden chaque jour à 17h00 ( juste après le Garance reggae Festival) pour vérifier que le dispositif de sécurité était en place et ne se dégradait pas avec le temps. La notion de sécurité, quand on reçoit du public, n’a rien à voir avec un terrain privé ou public.
      En ce qui concerne cette année, effectivement, le niveau de sécurité demandé monte d’un cran, lié à une affluence plus importante envisagée et toutes les autorisations ne sont pas encore obtenues. Tous les moyens sont mis en oeuvre pour assurer un maximum de sécurité en fonction des contraintes particulièrement liées à l’environnement. Circulation, stationnement, accès des secours, etc… Les relations avec Mr le Maire de Bagnols et Mr le Préfet du Gard sont permanentes pour permettre au Zion Garden d’ouvrir ses portes.
      « …leur propension a se foutre royalement de la législation… » est donc une affirmation aussi agressive qu’infondée.
      « …J’espère pour eux qu’il n’y aura pas de problème… » vu le reste de l’article, relève d’un haut niveau d’hypocrisie.

  2. Reste que quand on dit « zion garden » au sdis30, on a droit au reste (ssiap, up…) et ceci depuis des années. ce n’est pas de l’hypocrisie de dire que j’espère qu’ils n’auront pas de problème, car jouer avec la sécurité de gens, c’est la meilleure solution pour se retrouver au tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité