BARJAC 7 000 manifestants disent « non » au gaz de schiste

Cet après-midi à Barjac. Photo : Coralie Mollaret.

Cet après-midi à Barjac. Photo : Coralie Mollaret.

Une marée humaine a déferlé ce dimanche sur la petite commune de Barjac. Originaires du Gard et de l'Ardèche, les manifestants réclament une loi interdisant l'exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

Ils sont des milliers (15 000 selon les organisateurs et 7 000 selon la préfecture du Gard) à affluer depuis ce matin à Barjac. La petite commune cévenole et communiste (Édouard Chaulet, maire PCF) s’est transformée en capitale de la lutte contre l’exploration et l'exploitation du gaz de schiste. À l’appel du collectif « Stop au Gaz de schiste » et en présence de nombreux responsable politiques, cette mobilisation s’est organisée en réponse à la décision rendue le 28 janvier par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

Suite à un recours de la multinationale Total, les juges ont annulé l’abrogation du permis de Montélimar qui touche une partie du Gard*. Si ce permis a aujourd’hui expiré, les militants relancent leur combat contre l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels. En ce sens, ils réclament au gouvernement PS-EELV-PRG une loi « avant la fin du quinquennat qui interdit l’exploration d’hydrocarbures non conventionnels », martèle le porte-parole gardois Sébastien Espagne.

Ce matin lors dun point presse avant la marche. Photo : Coralie Mollaret.

Ce matin lors d'un point presse avant la marche. De gauche à droite : Jacqueline Balvet ; Sébastien Espagne ; Paul Reynard. Photo : Coralie Mollaret.

Plus d’informations dans notre Fait du jour de demain.

*Le département fait l’objet de trois permis en demande de renouvellement : celui du Bassin d’Alès, de la plaine d’Alès et celui de Navacelle.

Partager