LÉGISLATIVES Sur la 1e circo, ces socialistes qui soutiennent le PCF…

À gauche, Christophe Geneix, mandataire de la motion B dans le Gard. La motion dite des députés "frondeurs", sous le quinquennat Hollande. Photo : CM.

À gauche, Christophe Geneix, mandataire de la motion B dans le Gard. La motion dite des députés "frondeurs", sous le quinquennat Hollande. Photo : CM.

Christophe Geneix, socialiste et ancien porte-parole de Benoît Hamon dans le Gard, se rallie à la candidate PCF, Sylvette Fayet.

Qu’on se le dise, ce n’est pas franchement une surprise... Avec plusieurs de ses camarades*, Christophe Geneix a décidé de soutenir Sylvette Fayet, la candidate communistes sur la 1e circonscription. Or, ce territoire électoral est actuellement détenu par la députée PS sortante, Françoise Dumas !

Les « deux gauches irréconciliables »

Christophe Geneix et Françoise Dumas, c’est un peu les « deux gauches irréconciliables » que conceptualisait l’ex-Premier ministre, Manuel Valls. Social-démocrate assumée, l'élue nîmoise avait refusé de soutenir Benoît Hamon pour la Présidentielle. Un mépris des règles de la Primaire, au nom des « convictions ». Ces mêmes convictions qui l’ont poussé, quelques mois plus tard, à soutenir Emmanuel Macron. Quant à Christophe Geneix, il s’inscrit dans la tendance de la gauche radicale. Mandataire de la motion B, le socialiste fait partie de l'écurie des « frondeurs ». Ces députés ulcérés par la politique - notamment économique- de François Hollande, pas assez à gauche à leur goût.

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, la situation politique est inédite. Les partis traditionnels sont destabilisés par l'offensive Macron, qui se revendique ni de droite, ni de gauche. Labellisée « La République en Marche », Françoise Dumas a perdu son investiture PS. Pour autant, la fédération socialiste ne lui a pas opposé de nouveau candidat, soucieux du « risque Front National » et de l’éclatement des candidatures à gauche, avec celle de Sylvette Fayet (PCF) et de l’ex-candidat divers gauche aux Municipales nîmoises, Jean-Paul Boré. Alors, la fédération « ne soutient, ni n’appelle à voter pour personne ». Les socialistes sont libres. Libres de choisir entre ces différents candidats… 

Le précédent des Municipales…

C'est dans ce contexte que Christophe Geneix appelle à voter Sylvette Fayet. Une attitude qui n'est pas nouvelle : aux Municipales de Nîmes en 2014, il avait aussi soutenu la communiste. Mais le militant allait à l'époque, à l’encontre des règles de son parti, qui lui imposait d’appeler à voter pour le candidat socialiste… La socialiste en question s’appelait aussi, Françoise Dumas.

*Kevin Boucard, François Charles, Laurence Choimet, Alain Fabre, Joseph Ferré, Mickaël Manon, Françoise Oukrate, Patrick Pribile, Joseph Pronesti, Grégory Pugeaux.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Partager