A la unePolitique

ASSEMBLÉE NATIONALE Françoise Dumas, coach des députés novices

Françoise Dumas au micro d’Hugo Clément, journaliste au Quotidien. Ex-PS désormais En Marche!, la députée nîmoise a rempilé pour un nouveau mandat et siégera à la commission Défense. Rodée à la vie parlementaire, l’élue aide ses camarades d’En Marche! « Françoise m’accompagne pour gagner un maximum de temps pour passer dans tous les services et effectuer les démarches administratives. C’est plus facile quand il y a quelqu’un qui connaît », reconnaît Olivier Gaillard. (Photo : Coralie Mollaret/Objectifgard)
La députée de la première circonscription du Gard Françoise Dumas, hier dans les jardins de l'Assemblée nationale (Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard)

Le Gard n’a pas échappé à la vague de la République en Marche lors des dernières élections législatives, et sur les six députés de notre département, quatre novices ont intégré l’Assemblée nationale.

Et même si tous n’ont pas la même expérience en politique, d’Olivier Gaillard l’élu local expérimenté à Annie Chapelier la néophyte complète, venue de la société civile, l’Assemblée nationale, c’est un tout autre univers.

Un « accompagnement très dense » d’En Marche !

Heureusement, les nouveaux députés de la majorité présidentielle ne sont pas lâchés dans la nature : « il y a eu un véritable accompagnement d’En Marche », affirme le nouveau député de la cinquième circonscription Olivier Gaillard. Et pour les sortants aussi : « j’ai apprécié cet accompagnement très dense durant toute la campagne, avec un canal très structuré et la possibilité d’appeler un référent à n’importe quelle heure du jour et de la nuit », poursuit Françoise Dumas, réélue sur la première circonscription.

Et si la députée apprécie, c’est qu’«au PS on n’avait rien. En 2012, on nous a foutu dans une salle avec une feuille à remplir. On n’a pas eu un mot d’accueil, rien, là c’est sans commune mesure.» «C’est sur la lancée de la présidentielle, c’est carré », abonde le député de la troisième circonscription Anthony Cellier.

carte-depute-cellier-800x441
(Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Il faut être très modeste »

Malgré cet accompagnement, et notamment le séminaire de la majorité du week-end dernier au cours duquel les nouveaux élus ont été brieffés, les conseils d’une élue expérimentée comme Françoise Dumas sont précieux pour les néophytes. Le premier, et sans doute le plus important, c’est de s’assurer que sa tête continue à passer les portes sans encombre : « il faut d’abord être très modeste, lance la députée. Quand on est élu député, on a le sentiment d’être arrivé à quelque chose. Quand on sort de plusieurs mois de campagne et qu’on se retrouve propulsé dans un monde très impressionnant et très honorifique, on a tendance à penser que l’on est quelqu’un d’important. Il faut être humble, réaliste. »

Et se mettre au travail, très rapidement. Les députés connaissant la commission dans laquelle ils siègeront durant la législature depuis hier. Si chacun a ses sujets de prédilection, et que tous n’ont pas hérité de leur premier choix, Françoise Dumas rassure ses nouveaux collègues : «Tout est passionnant et il ne faut pas se disperser. Quand on arrive ici, il n’y a pas une commission où il ne se passe pas quelque chose d’intéressant dans la même semaine. Donc on a un peu tendance à dire je vais participer à ça, travailler sur ce thème-là, il ne faut surtout pas rentrer là dedans et ne pas se disperser. »

« Se préserver du temps pour soi, pour la réflexion personnelle »

Car l’expérimentée parlementaire prévient : la charge de travail qui attend les parlementaires est colossale. Conséquence, « on peut passer trois jours sans se voir et sans sortir, on vit en autarcie complète, on passe d’une réunion à l’autre, on est sur des rails et on n’a pas le temps de discuter. » D’ailleurs, Françoise Dumas confie n’avoir pas eu le temps lors des cinq dernières années d’aller au théâtre ou au cinéma à Paris. Dans ce contexte, charge à chacun de trouver le bon équilibre, dans cette vie duale organisée entre Paris du lundi au mercredi soir et sa circonscription le reste de la semaine… « Il faut penser à se préserver du temps pour soi, pour la réflexion personnelle, conseille Françoise Dumas. On peut être totalement absorbé par la fonction et ce n’est pas un gage d’efficacité, parce qu’on se noie dans le processus et c’est sans fin. »

Dernier conseil de la députée, lire le livre écrit par l’ancien Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas et Magali Alexandre, intitulé Manuel de survie à l'Assemblée nationale : l'art de la guérilla parlementaire. Même si le titre est assez éloigné de la fameuse « bienveillance » prônée comme un mantra par la majorité, nul doute que ce livre sera sur les tables de chevet de nombre des nouveaux parlementaires…

Lire aussi : FRONT NATIONAL Gilbert Collard moins seul à l’Assemblée

Thierry Allard (avec Coralie Mollaret)

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “ASSEMBLÉE NATIONALE Françoise Dumas, coach des députés novices”

  1. Je sais bien que la période estivale commence et que l’actualité devient moins palpitante mais de là à faire autant d’article sur Françoise Dumas….. On se croirait dans la collection Martine. Françoise change d’étiquette politique, Françoise monte à Paris, Françoise fait visiter l’Assemblée Nationale. Il serait plus interessant d’avoir dans la même collection le bilan de Françoise Dumas député PS…..ça demandera sûrement un peu plus de travail…..

  2. Un stage pour leur apprendre à être de parfaits godillots, sûr que F. Dumas est parfaitement qualifiée pour dispenser tout son savoir en la matière !

    À peine 2 jours à l’assemblée nationale et le macronisme ne respecte déjà rien, étouffant tout embryon d’opposition et faisant un pont d’or à une monarchie présidentielle inégalée sous cette Ve République à bout de souffle, à grands applaudissements ponctuant tous propos de leur camp, furent-ils inappropriés et prononcés par un président de groupe LREM à l’éthique douteuse…

    Très bien, ce quinquennat des coups de force ne tiendra pas longtemps avec cette méthode totalitaire, mais il ne faudra pas s’étonner si la rue s’exprime avec une violence proportionnelle aux dénis de démocratie orchestrés dans l’hémicycle !
    RDV le 12 septembre, si ce n’est avant!

  3. Un peu déçue, quand même, je croyais qu’OG avait un peu plus de retenue que les médias nationaux énamourés. Il est peut-être temps de faire preuve d’un peu d’esprit critique. Et si on parlait des vice-présidences et de la dictature molle qui s’installe partout sans que les médias s’en émeuvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité