A la unePolitique

GARD Un nouveau terrain pour la future prison

Les services du ministère de la Justice ont visité cette semaine un terrain d'une dizaine d'hectares près du Camp des Garrigues à Nîmes.

Photo d'illustration de l'actuelle prison de Nîmes (Photo : Coralie Mollaret)

Demain, la députée de la première circonscription du Gard, Françoise Dumas, rencontre le préfet, Didier Lauga. Une réunion thématique pour balayer différents sujets, comme le haut fonctionnaire a coutume de le faire avec les élus du département.

À l’ordre du jour de cette réunion : l’implantation d'une deuxième prison dans le Gard. Un sujet qui fait polémique entre les élus nîmois et cévenolsInitialement prévue à Alès, le choix du site a été remis en cause avec l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron.

À Nîmes, la députée Françoise Dumas, qui militait déjà pour la capitale gardoise sous le précédent quinquennat, est repartie au combat. À la différence que cette fois, elle est soutenue par la mairie Les Républicains de Nîmes, en délicatesse avec son camarade d'Alès, Max Roustan. 

Au-delà de la bataille politique, Françoise Dumas argumente sa position :  « C’est une hérésie de construire cette prison à Alès. La majorité des personnes incarcérées proviennent de la région nîmoise. Comment vont faire les familles ? Imaginez aussi les transferts de prisonniers d’une maison d’arrêt implantée à Alès vers un tribunal qui est à Nîmes ! Ça pose d'importants problèmes de sécurité. » Sans même parler des problèmes de logistique et de personnels affectés aux transfèrements... 

Il y a quelques jours, l’APIJ (Agence publique pour l’immobilier de la Justice) a visité un deuxième terrain à Nîmes. Proposé par la Ville et soutenu par l'agglomération de Nîmes Métropole, il se situe route d’Uzès à proximité du Camp militaire des Garrigues. « Initialement, le premier terrain se situe sur le Bois de Nice. Il appartient à l’État. Seulement, il présente des contraintes aéronautiques, à cause de la présence de l’aérodrome juste à côté », poursuit la députée macroniste.

Verdict à la mi-mars

Aujourd’hui, quatre lieux sont susceptibles d’accueillir la deuxième maison d’arrêt du Gard. Les services de l’État sont toutefois disposés à étudier d’autres candidatures. Après évaluation des différents sites de France, l’APIJ va établir fin février un rapport sur les endroits susceptibles d’accueillir les nouveaux établissements pénitenciers. Le président Emmanuel Macron devrait annoncer la liste définitive à la mi-mars.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “GARD Un nouveau terrain pour la future prison”

  1. Nous sommes encore et toujours dans la mauvaise gestion de l’explosion de la délinquance parce que nous refusons de combattre à la source.
    Voir d’éminents élus se disputer le mauvais bout de gras est significatif de leur état d’esprit et donc de la situation de notre pays.
    Th.J conseiller FN Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité