Faits Divers

NÎMES Gastro-entérologue mis en examen : la Polyclinique réagit à notre article

 

Photo archive Objectif Gard

Jeudi matin, Objectif Gard publiait un compte rendu d'audience qui a fait grand bruit. Les propos rapportés dans cet article émanent tous des avocats du médecin gastro-entérologue mis en examen et de la représentante du parquet général de Nîmes. Des propos prononcés en audience publique, mercredi matin, devant la Chambre de l'instruction de Nîmes, que tous les justiciables et avocats présents ont entendu. D'ailleurs la Polyclinique Grand Sud, qui n'est pas inquiétée par la justice jusqu'à présent et qui ne s'est pas constituée partie civile non plus, ont pu entendre ces propos.

Suite à notre article donc, intitulé " NÎMES Gastro-entérologue mis en examen : la Polyclinique " éclaboussée ", la Polyclinique nous a écrit pour une diffusion d'un  " communiqué de presse, droit de réponse ", selon la formulation de l'établissement hospitalier. En voici la teneur intégrale :

" Suite à  votre article paru le 8 janvier 2018, la direction et la communauté médicale de la Polyclinique Grand Sud ont souhaité faire valoir leur droit de réponse.

Nous regrettons certaines allégations n'ayant aucun fondement et portant atteinte à la notoriété et au professionnalisme de notre établissement. Non seulement chaque année plus de 36 000 patients sont accueillis et soignés avec un taux de satisfaction dans la prise en charge par les médecins et les chirurgiens de 80,03%, score nationale E-Satis ( indicateur de satisfaction des patients hospitalisés - ministère de la santé et de la solidarité), mais également notre établissement est certifié par la Haute Autorité de la Santé au plus haut niveau A, depuis septembre 2016, véritable gage des soins prodigués.

Pour rappel, dans le cadre de cette affaire, les contrôles effectués par les autorités compétentes et par l'Agence Régional de Santé en 2014, n'avaient en aucun cas mis en cause la Polyclinique Grand Sud ", indique le communiqué de la célèbre clinique Nîmoise signé par le docteur Didier Messens, président de la commission médicale de l'établissement et par madame Delphine Dupé, président directeur général.

Objectif Gard tient à rajouter une précision d'importance, afin que tous les éléments soient en possession de nos lecteurs. Avant publication, et comme il est précisé dans cet article du 8 mars, nous avions contacté, maître Isabelle Mimran, avocat de la Polyclinique, afin de savoir si l'établissement hospitalier pointé du doigt devant la Cour d'Appel souhaitait réagir. Mercredi 7 mars, en fin d'après-midi, le conseil de la Polyclinique a fait savoir qu'elle n'avait pas de commentaire à faire.

De plus dans ce dossier, nous avons proposé, toujours par le biais de l'avocat, un interview des dirigeants de la Polyclinique. Une proposition qui bien entendue est toujours d'actualité...

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité