ActualitésPolitiqueSociété

VILLENEUVE Génération.s invite deux associations pour une soirée-débat sur les exilés

Le groupe villeneuvois du parti lancé par Benoît Hamon, Génération.s, organise le mercredi 25 avril sa troisième soirée-débat.

Militants politiques et militants associatifs regroupés pour une soirée débat à Villeneuve (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et après le glyphosate et le revenu de base, c’est cette fois la question des exilés (ou des migrants, c’est selon) qui a été choisie par les militants, à la faveur d’une campagne nationale lancée par le parti.

« Le pays des droits de l’Homme a les moyens et doit faire beaucoup plus »

« La politique du gouvernement n’est pas humaniste, lance Frédéric Joubert, de Génération.s Villeneuve. La France accueille très, très peu, seulement 0,3 % de sa population chaque année, et ne consacre que 0,06 % du PIB à l’accueil des exilés. Le pays des droits de l’Homme a les moyens et doit faire beaucoup plus. C’est un pur problème de volonté politique. » Les militants de Génération.s ont donc invité deux associations pour en parler : 100 pour 1 et Réseau éducation sans frontières (RESF).

Créée par Emmaüs et ouverte à Avignon en septembre 2016, 100 pour 1 a pour objet « l’hébergement et l’accompagnement de familles sans papiers », explique sa présidente, Maeva, également membre de RESF. Une association qui aide « les familles déboutées du droit d’asile ou en attente d’un titre de séjour, qui n’ont droit à aucune aide mis à part la scolarisation des enfants, l’Aide médicale d’État et l’Aide juridictionnelle d’État. » Des familles qui se retrouvent bien souvent à la rue.

L’association revendique plus de 150 membres dans le Vaucluse et 6 familles hébergées dans des appartements loués à des bailleurs privés grâce à l’argent de ses bénévoles. Et contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, les familles en question ne viennent pas de Syrie, mais du Bangladesh, d’Algérie ou du Maroc, « ce sont des réfugiés politiques ou des opposants », précise Maeva. Côté RESF, Marie-Hélène, militante bénévole, précise que l’association compte 65 familles hébergeantes pour les enfants exilés. « Ils risquent le centre de rétention, puis la rue », résume Maeva.

Des associations débordées, qui tiennent grâce à la générosité de leurs adhérents plus que par celle de l’État. Alors 100 pour 1 et RESF cherchent des hébergeurs solidaires et plus généralement des personnes pouvant les aider. Les collectivités, comme la mairie d’Avignon, ne leur ont rien proposé de satisfaisant et 100 pour 1 a fait une demande auprès du diocèse d’Avignon pour trouver des solutions d’hébergement.

Autant dire que le sujet est loin d’être simple. Pour en débattre, rendez-vous le mercredi 25 avril à 20 heures à la salle des conférences de Villeneuve, place Jean-Jaurès. Entrée libre. Plus d’infos sur 100 pour 1 ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité