A la uneFaits Divers

NÎMES Tentative de meurtre cette nuit : le mis en cause est un employé municipal

"Sans la barrière anti-attentat, il y aurait eu un carnage à Nîmes", selon l'adjoint à la sécurité, Richard Tiberino.

Photo Boris de la Cruz / ObjectifGard

Un employé municipal de la ville de Nîmes, âgé de 32 ans, est encore au CHU de Nîmes, ce vendredi après-midi  pour des soins.

Il a été interpellé vers 1h40 dans la nuit de jeudi à vendredi après avoir percuté violemment une barrière anti-attentat avec sa voiture - une Opel Corsa grise. Deux blessés ont été pris en charge par les pompiers. Ils sont légèrement atteints. Mais un véritable drame a été évité de justesse grâce à cette fameuse barrière anti-attentat acheté par la ville de Nîmes pour protéger le centre-ville d'une intrusion lors des événements comme la Feria. " Sans la barrière anti-attentat il y aurait un carnage à Nîmes et de nombreux morts", selon l'élu adjoint à la sécurité de la ville, Richard Tibérino.

Au moment où le chauffard a percuté la barrière, juste derrière, dans la rue Racine de nombreux jeunes s'agglutinaient autour d'un bar à la mode de la ville, "l'Instant T". Des fêtards qui étaient sur la terrasse de l'établissement, mais aussi sur la petite chaussée qui était interdite à la circulation, car le périmètre avait été sécurisé pour le début de la Feria des vendanges. " J'ai entendu un gros boom. C'était la voiture qui avait fracassé la barrière. Il y avait des personnes au sol. Le conducteur a essayé de fuir. Il a été rattrapé par des fêtards et bloqué jusqu'à l'arrivée de la police qui a été très rapidement sur place ", nous a indiqué un témoin privilégié rencontré près du choc, à 3h du matin. " Le conducteur a ensuite été pris en charge par le poste de secours, car il avait été molesté par les personnes qui sont intervenus ", poursuit notre témoin.

" Un homme en état de relative confusion mentale au moment de son interpellation ", selon le procureur de la république de Nîmes, Éric Maurel que nous avons rencontré sur place dans la nuit. "Il avait des propos très décousus sur l'état du monde, les problèmes avec la presse", souligne pour sa part un secouriste, sans savoir si le blessé était sous l'emprise de stupéfiants ou s'il avait des problèmes psychiatriques.

Le mis en cause a été hospitalisé depuis. Nous avons appris ce matin qu'il s'agit d'un employé municipal de 32 ans qui aurait des problèmes conjugaux. Cet homme n'est absolument pas répertorié dans le fichier des individus radicalisés. C'est un homme qui a vécu toute son enfance et sa vie d'adulte à Nîmes. Il est connu de la justice pour une très ancienne histoire de vol. C'est la police judiciaire de Nîmes qui est chargée des investigations, sous l'autorité du parquet de Nîmes. Une enquête est ouverte pour tentative de meurtre.

Photo Boris de la Cruz

 

Lire aussi :

NÎMES Tentative de meurtre cette nuit : il fonce dans les barrières anti-attentat, deux blessés

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité