CultureFéria de Nîmes.

TÉMOIGNAGE DE LA FÉRIA DE PENTECÔTE 2011 SUITES : LES SOIRÉES DE VENDREDI, SAMEDI, DIMANCHE EN PLEIN COEUR DE LA FÉRIA

Florenzo

 

 

Nous avons retrouvé Florenzo, l'envoyé plutôt spécial d'objectifgard pour cette féria de Pentecôte 2011 à Nîmes. Nous l'avions laissé vendredi soir en début de soirée. Ce n'est qu'en ce début d'après-midi de lundi 13 juin que nous l'avons retrouvé.

 

Le week-end a été très chargé pour Florenzo, tout s'est accéléré et les journées, les soirée et les rencontres ce sont enchaînés. Il est difficile de reconstituer son planning mais son parcours Petite Bourse - Prolé - Cuba Libre - 421 est resté le même avec quelques détours pimentés.

 

Fin de soirée de vendredi soir :

Vendredi soir, Florenzo et ses amis étaient très en forme : "on était déchiré" nous a t-il confié en langage Féria. Il a du faire preuve de souplesse pour s'extirper d'une bagarre générale dans les petites rues, esquiver deux ou trois coups de poing avant de partir. Sur un autre échauffourée, un légionnaire aurait été blessé à l'arme blanche. Tous les légionnaires auraient donc été cloîtrés à la caserne avec interdiction de sortie pour éviter les représailles. Florenzo est rentré chez lui sain et sauf vers 3h30. Il a bien dansé et bien rigolé dans une ville bondée et déchaînée.

 

Samedi 11 juin au pic de la Féria :

C'est plus le samedi 11 juin qui a été une journée intensive pour Florenzo : "Gros début d'après-midi samedi, j'ai bougé du côté du bar de la mairie où j'ai retrouvé Titi, serveur mythique de Nîmes. Et encore une fois, le parcours habituel s'est enchaîné. Il a croisé des gens venus de toute la France : des Toulousains, des Marseillais, des Bayonnais... un Perpignanais également qu'il avait déjà croisé l'an dernier au même bar. Il est ensuite rentré chez lui tranquillement vers 1h30. Il a encore assisté brièvement à une bagarre "un mec tout seul et quinze types dessus. comme chaque année quand tu passes minuit - une heure, c'est plutôt chaud". Samedi soir, d'après une personne rencontrée, il y aurait déjà huit plaintes pour viols, et chaque année c'est pareil.

 

Dimanche 12 juin, début de déchéance de la ville :

Florenzo a un peu plus de souvenir de dimanche, peut-être parce qu'il a croisé des individus d'une autre dimension :

- D'abord "un cheval" nous a-t-il dit, ou un homme cheval pour être exact. "Il avait la tête d'un cheval, un format petit poulain et le gars se baladait en trottinant. Et là automatique, tout le monde sautait sur son dos. Il gigotait dans tous les sens... c'était le déguisement le plus drôle que j'ai vu !"

- "On a croisé une banane à la bodega Vatel, une belle banane". Vous l'avait compris, c'était un Homme banane et son slogan "arrêtez le concombre, mettez-vous à la banane"...

- "et hier (dimanche donc) en pleine après-midi on a eu droit à un Monsieur qui comptait pour trois ou quatre, il devait peser 200kg. Il était stoïque. Quand on est passé, il nous a montré son c... il a descendu son pantalon aux genoux et remonté son t-shirt. Un classique de la Féria, ça lui a pris comme ça.

 

Dimanche à midi, Florenzo est allé voir l'abrivade : "c'était très sympa, il y avait un monde pas possible. C'était la Romeria, suivi d'une Cabestria. Je crois que je suis arrivé au moment de la Cabestria. Ils sont partis des arènes, comme une abrivade mais avec un seul camion pour les taureaux. Les taureaux, c'étaient des monstres, sûrement des espagnols, pas boulet, pas cuivré (aux cornes). Les manadiers étaient vraiment bien habillés, les chevaux avaient leurs crinières tressées. C'était très sympa et bien rythmé puisqu'ils faisaient demi-tour au bout du parcours pour revenir dans le camion. En général à l'aller les chevaux étaient devant puis au retour, les taureaux ouvraient le chemin".

Après cette bonne impression tauromachique, Florenzo est allé voir l'abrivado de ce dimanche soir. Il n'a pas été déçu. « A cette abrivado, un mec a fait le spectacle. Il arrêtait les taureaux tous seuls. Il avait un T-shirt de foot orange fluo n°9. Il avait une pointe de vitesse impressionnante et une puissance !!! Respect. Il attrapait la queue du taureau, remontait jusqu'à la tête et d'un coup de rein plaquait le taureau seul. Il était tout seul à courir au milieu. Il rentrait presque dans le camion avec les taureaux. Il s'est fait applaudir !

Florenzo tient à lancer un appel à la vigilance aux nîmois qui boivent l'apéritif aux fenêtres ou sur leur terrasse pendant la féria. Pendant l'abrivado un monsieur c'est pris un verre sur la tête tombé du première étage. Des gens prenaient l'apéritif et un verre était resté sur le rebord de fenêtre. Il a terminé sa chute sur la tête de ce monsieur qui c'est directement retrouvé aux urgences.

Ce n'est pas forcément ceux qui prennent le plus de risques qui repartent blessés de la Féria...

 

et cette fin de féria...

Florenzo a privilégié cette année les après-midi ensoleillées et les soirées. Il est resté plutôt raisonnable. Il n'a pas terminé de soirée au bar des Halles à 6h00 du matin. « J'ai boycotté les bodegas officielles parce que les entrées sont filtrées et tu n'es même pas sûr de rentrer. Je suis resté sur un parcours stratégique. »

Florenzo a trouvé qu'il avait peut-être un peu moins de monde que d'habitude ; mais attention « c'était quand même bondé ». La police était bien présente mais tolérante. La scène habituelle de la maison carré ayant été installée aux arènes, Florenzo a trouvé que le haut du Victor Hugo était désengorgé. Les abords de la maison carré étaient effectivement impraticables les autres années. « C'était plutôt une bonne idée, ça a permis de ramener du monde sur le secteur de l'esplanade ».

Ce soir du lundi 13 juin 2011 « il va se passer des trucs » nous confie Florenzo. « Souvent c'est le meilleur soir. Je vais aller à la messe sevillane de Pablo Romero. Ils vont passer des sortes de clips sur la Camargue, les saintes Marie de la Mer... avec des chansons, tout ça un verre à la main. Vers 0h00, se sera ma clôture »

« Le lundi soir, souvent, ce sont les vrai nîmois qui y sont. Ça redevient plus convivial, esprit féria des vendanges. Les touristes s'en vont, les commerçants ferment et eux se mettent à faire leur féria »

 

Florenzo nous a promis des photos pour clôturer son parcours, nous essaierons de les récupérer après sa dernière soirée.

 

Episode precédent : ICI

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité