Economie

DOSSIER COMPLET / ÉTUDE INSEE : VOICI LES RÉSULTATS DE LA FRÉQUENTATION DES HÉBERGEMENTS COLLECTIFS TOURISTIQUES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010

L'élue régionale nîmoise Amal Couvreur (Photo : droits réservés)

 

 

 

L'INSEE vient de publier son étude annuelle sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques du Languedoc-Roussillon en 2010.

 

L'ensemble des hébergements collectifs de type résidences de tourisme, résidences hôtelières, villages de vacances, maisons familiales, auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour et centres sportifs représente une capacité d’accueil de 90 000 places en Languedoc-Roussillon.

 

Ils font partie du parc des hébergements touristiques marchands, au même titre que les hôtels et campings de la région.
En 2010, ils ont accueilli 1,4 million de touristes pour un total de 7,5 millions de nuitées. Leur fréquentation est marquée d’une très forte saisonnalité : les seuls mois de juillet et août représentent 44 % de la fréquentation annuelle.

 

Leur clientèle est à dominante familiale, et les touristes en provenance de l’étranger y sont proportionnellement moins nombreux que dans les hôtels et campings de la région.

 

www.objectifgard.com vous propose de découvrir un dossier complet concernant cette étude :

 

 


Une capacité d’accueil de 90 000 places

 

En Languedoc-Roussillon, les résidences de tourisme, résidences hôtelières, villages de vacances, maisons familiales, auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour et centres sportifs constituent une offre d’hébergement touristique de 90 000 places.
En 2010, ces établissements ont accueilli 1,4 million de touristes. Ceux-ci ont consommé 7,5 millions de nuitées, soit 8 % du nombre de nuitées enregistrées sur l’ensemble du territoire métropolitain. Ce volume de nuitées place le Languedoc-Roussillon au 3 ème rang des grandes régions touristiques, à égalité avec l’Aquitaine. En tête de classement, deux régions concentrent à elles seules 45 % des nuitées nationales : Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) avec 20 % et Rhône-Alpes 25 %.

 

Les écarts entre les quatre premières régions diminuent au cours de la saison d’été, de mai à septembre Le Languedoc-Roussillon et l’Aquitaine représentent chacune 11 % des nuitées nationales, Rhône-Alpes 15 % et PACA, 21 %.

 

Pour le Languedoc-Roussillon, comme pour l’Aquitaine, la période estivale est primordiale. Elle représente 75 % des nuitées annuelles en 2010. Cette part a été nettement inférieure en PACA (60 %) et davantage encore en Rhône-Alpes (30 %) où la saison d’hiver est majeure.

 


Des séjours d’une semaine en moyenne

 

En Languedoc-Roussillon, la fréquentation des hébergements collectifs, mesurée en nombre de nuitées, est équivalente à celle de l’hôtellerie, alors que le nombre de séjours y est trois fois moins important.

 

Ceci tient à un comportement de clientèle très différent. En effet, la clientèle des hôtels est davantage une clientèle de passage et ses séjours sont moins longs (1,7 jour en moyenne en 2010).

 

Les séjours de la clientèle des hébergements collectifs durent, en moyenne, 5,2 jours. En pleine saison d’été, la durée de séjour dans ce type d’établissements est proche de celle observée dans les campings où les estivants séjournent près d’une semaine en moyenne.

 


Une très forte saisonnalité estivale

 

La saisonnalité de la fréquentation touristique des hébergements collectifs est très fortement marquée. Le nombre de nuitées enregistré au cours des mois de juillet et août correspond à 44 % de la fréquentation annuelle, contre 31 % dans l’hôtellerie.
Une autre particularité par rapport à l’hôtellerie est la proportion nettement plus faible de clientèle étrangère : 16 % en moyenne dans les hébergements collectifs contre 20 % dans l’hôtellerie en 2010. Cette part, cependant, varie fortement selon le type d’hébergement observé.

 


Prédominance des résidences de tourisme et des résidences hôtelières

 

Les résidences de tourisme et résidences hôtelières sont la composante principale des hébergements collectifs.

 

Avec 61 % de la capacité d’accueil en lits, elles absorbent 67 % de la fréquentation, soit 5 millions de nuitées pour 0,9 million de touristes. Viennent ensuite les villagesde vacances et maisons familiales, et enfin loin derrière, les auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour et centres sportifs qui n’ont représenté que 3 % des nuitées en 2010.

 

Les villages de vacances et maisons familiales se caractérisent par une saisonnalité estivale encore plus marquée que dans les autres types d’hébergement. La fréquentation au cours des seuls mois de juillet et août constitue 56 % des nuitées annuelles. Cette très forte saisonnalité est liée à la nature de la clientèle : une clientèle familiale dont les séjours se déroulent le plus souvent durant les vacances scolaires. L’implantation géographique de ces établissements, le plus souvent en bord de mer et en montagne, répond aux besoins de cette clientèle ; elle est propice à des vacances en famille.
Agréés par la DDASS, ces établissements sont, en priorité, ouverts aux familles ayant des revenus modestes. La clientèle étrangère y est proportionnellement moins nombreuse que dans tous les autres types d’hébergements collectifs.

 

Les résidences de tourisme et résidences hôtelières sont, elles aussi, majoritairement localisées sur le littoral. Mais une part non négligeable de leur offre, près de 30 %, se trouve en zone de passage.

 

Cette situation, beaucoup plus urbanisée, leur permet de profiter d’un tourisme d’affaires qui soutient l’activité en dehors de la période estivale. La clientèle étrangère y est davantage présente que dans les villages de vacances et maisons familiales. La part des nuitées étrangères est de 20 %, soit 1 million de nuitées en 2010.
Les auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour et centres sportifs sont plus fréquemment établis en zone de passage. Leur clientèle, constituée le plus souvent de jeunes adultes, couples sans enfants est plus mobile. La durée moyenne de séjour est la plus faible des trois types d’hébergements : 3,3 jours environ en 2010. Ce mode d’hébergement à moindre coût est également prisé des jeunes étrangers. Les nuitées étrangères sont peu nombreuses en volume, elles représentent 21 % de la fréquentation en 2010.

 

Structures le plus souvent de grande capacité, les résidences de tourisme et résidences hôtelières, ainsi que les villages de vacances et maisons familiales, peuvent accueillir, pour les plus grands, entre 1 000 et 1 800 personnes chaque jour. En 2010, leur taille moyenne est de respectivement 280 et 303 lits, alors que celle des auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour et centres sportifs est plus modeste : 106 places en moyenne par établissement.

 


35 % des places occupées sur l’ensemble de l’année

 

Le taux d’occupation annuel moyen en lits des hébergements collectifs s’est établi à 35 % en Languedoc-Roussillon en 2010, comparable à la moyenne nationale (36,5 %). Ces taux peuvent paraître faibles, mais très souvent les touristes louent des équipements (2) de capacité en lits supérieure au nombre réel d’occupants.

 

Durant la période d’été, le taux moyen a atteint 45 % en Languedoc-Roussillon, contre 37 % en Aquitaine, 37,5 % en Rhône-Alpes et 40 % en PACA.
Quel que soit le type d’hébergement, les plus forts taux d’occupation sont atteints en juillet et août pendant lesquels 60 % à 70 % des places sont occupées.

 


70 % de la fréquentation dans l’Hérault et les Pyrénées-Orientales

 

Deux départements de la région, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales, regroupent plus des deux tiers (68 %) de la capacité d’accueil régionale. En 2010, les établissements situés dans ces deux départements ont enregistré 5,2 millions de nuitées, soit quasiment 70 % de la fréquentation de l’ensemble des hébergements collectifs de la région.

 

Quel que soit le mode d’hébergement collectif, hôtel, camping ou autre, les touristes séjournent plus longtemps dans les Pyrénées-Orientales que dans les autres départements de la région. Cela s’est vérifié encore en 2010. Au plus haut de la saison, au mois d’août, la durée moyenne de séjour a approché les 9 jours (11 jours dans la chaîne pyrénéenne), contre 6,7 jours dans l’Hérault.
Les établissements de l’Hérault ont connu en 2010 les plus forts taux d’occupation de la région et ont atteint un pic de 75 % au mois d’août.

 


La fréquentation des hébergements collectifs en Languedoc-Roussillon selon les départements

Cliquez sur l'image pour voir en grand

 

insee-touristique-2011.png

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité