Actualité générale.Actualités

ALÈS-NÎMES : LA NOUVELLE ÉPINE DORSALE DU DÉPARTEMENT ?

Ce vendredi avait lieu, à l’École des Mines d’Alès, « les 4e Assises de l’association pour l’émergence d’un projet commun de développement des agglomérations d’Alès et de Nîmes ». Ce qui est visé : la création du Pôle Métropolitain. C’est d’ailleurs à cette occasion que la signature proprement dite d’un protocole d’accord a pu avoir lieu pour la mise en œuvre de ce projet d’aménagement du territoire. Un nouveau modèle de rapprochement inter-urbain, avec des compétences et des caractéristiques spécifiques, entre deux communautés de communes : celle de Nîmes Métropole, et celle du Grand Alès. Bref de l’inédit en matière d’aménagement du territoire à l’heure où justement toutes les mutations qui s’y rapportent font polémique ici et là et surtout dans le Gard. On pense ici au projet de Schéma Départemental de Coopération Intercommunale sur lequel doit statuer définitivement la CDCI (commission départementale de la coopération intercommunale) sous le patronage du préfet de département d’ici à la fin de l’année.

Un schéma d’aménagement qui joue le rôle d’une « pilule » que M. le Préfet Hugues Bousiges a parfois du mal à faire « avaler » à certains maires de petites communes : les « ruraux » comme on aime à le dire chez certains commentateurs. La cause principale : une inquiétude pour « les petits de se faire dévorer par les gros ».

Le Pôle Métropolitain, quant à lui, forme une entité inédite née grâce à une loi du 16 décembre 2010, et qui le définit comme un établissement public constitué par accord entre des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

 

Une association née en 2007

Même si certaines petites communes regardent avec effroi se construire cette étroite collaboration entre les deux plus grandes agglomérations gardoises, il ne s’agit que d’une volonté propre d’Alès et de Nîmes de travailler ensemble depuis environ 4 ans sur des dossiers en commun, pour elles-mêmes, ainsi que pour l’ensemble des communes qui composent leur agglomération. Un point sur lequel les premiers magistrats d’Alès et de Nîmes ont asséné en chœur avec le préfet, présent pour l’occasion.

Cette volonté commune, sous forme d’une association entre les deux collectivités (via un syndicat mixte) s’est construite à partir d’un ensemble d’actions menées depuis 2007, comme l’a souligné le sénateur-maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, au cours de son allocution vendredi matin, en présence de son homologue, Max Roustan, député-maire d’Alès.

 

Un accélérateur probable de projets pour le Gard

Mais que peut changer ce 4e rendez-vous entre élus et techniciens des deux principales agglomérations du Gard ? Et faut-il se réjouir de l’avènement de cette nouvelle entité ?

Le Pôle Métropolitain doit voir le jour d’ici au mois de juin 2012, après délibération de toutes les communes concernées, courant février 2012. Et lorsque l’on parle de « petits » qui s’inquiètent de se retrouver engloutis, une élue régionale « frêchiste », qui est originaire du Gard et de la zone concernée, Françoise Dumas (Vice-Présidente du Conseil Régional, Développement économique), se dit sensible à ces craintes, mais voit ce projet comme une chance pour le territoire : « une grande entreprise de convergence et de mise en réseau », qui doit « respecter le plus petit et le plus grand ».

Quoi qu’il en soit… les élus les plus proches du dossier ont évité toute équivoque : « Ce n’est pas une structure de plus, on en a vraiment besoin », a lancé Max Roustan le matin même, pour l’ouverture des assises… Un Pôle Métropolitain qui doit permettre de raccourcir les délais de plusieurs dossiers importants, comme le très haut débit, installé d’ici à trois ans sur l’ensemble du territoire d’après Max Roustan, la poursuite de la 2 x 2 voies entre Alès et Nîmes dont le tracé doit être présenté en 2012, la mise en œuvre du contrat d’Axe ferroviaire entre Nîmes et Alès et impliquant la desserte de Bessèges, ou la sécurisation de la ressource en eau.

Le préfet du Gard Hugues Bousiges a conclu les 4e assises Alès-Nîmes en déclarant avec enthousiasme que le département venait de « se doter d’une colonne vertébrale » qui lui faisait défaut jusque-là. Le représentant de l’État a par ailleurs ajouté que Bagnols-sur-Cèze allait constituer la troisième agglomération du Gard à la fin de cette année, à la suite du découpage de la nouvelle carte de l’intercommunalité.

A lire aussi sur la lancement du Pôle Métropolitain.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité