ActualitésPolémique.

GARD : LES POMPIERS TOUJOURS EN ALERTE SUR LE RECRUTEMENT

Photo DR

Une réunion du conseil d’administration du Sdis (Service Départemental d’Incendie et de Secours) du Gard s’est tenue mercredi 21 décembre après-midi. Une vingtaine de points ont été étudiés. Une allocation de la part des représentants syndicaux des pompiers a été émise. La question centrale de l’entrevue entre représentants des pompiers, élus du département et direction des ressources humaines : le recrutement, et notamment la question épineuse de « la passerelle », mode de recrutement parallèle au concours dit « classique » des sapeurs-pompiers professionnels. En effet, les pompiers gardois s’étaient émus que l’un des potentiels recrutés qui passe par le biais de ce nouveau mode de sélection ne « prenne la place » de trois jeunes volontaires titulaires du concours des pompiers professionnel actuellement mobilisés dans le Gard, et inscrits sur la liste départementale de réussite d’examen.

Rappelons que ce récent système de « la passerelle » permettrait à un agent territorial titulaire dans un autre corps de métier que celui de la protection des personnes et des biens de devenir pompier professionnel. Des critères spécifiques sont tout de même établis, comme l’obligation d’avoir exercé une dizaine d’années en tant que pompier volontaire et avoir répondu favorablement à un ensemble de tests et concours par voie interne.

Laurent Doudoux, notamment avec les autres représentants des pompiers professionnels ne s’oppose pas à ce système, mais a réitéré la demande, mercredi, de la constitution d’une commission qui statuerait sur l’obtention de ce statut particulier. Elle serait composée des représentants des organismes syndicaux départementaux, du directeur départemental du Sdis et de représentants de l’administration du Sdis notamment. Sur les 17 postes « promis » cette années aux pompiers gardois, 14 sont pourvus depuis le début du mois de décembre. Et sur les trois autres postes vacants, il a été décidé, d’après le syndicat des autonomes (FASPP 30), que l’on abrogeait le recrutement par « la passerelle » pour cette année. Néanmoins, pas de confirmation des délais pour le recrutement des trois postes opérationnels (professionnels non officiers qui interviennent directement sur le terrain), auxquels trois volontaires gardois attendent de répondre, dont un volontaire basé à Alès et un autre à Villeneuve-Lès-Avignon. Le représentant départemental des autonomes s’indigne de la situation : « On ne devrait même pas être en conflit sur cette question. Il était convenu qu’à partir de 8 départs en retraite par an, il y aurait compensation. On sait que financièrement c’est difficile pour la collectivité, mais on ne demande qu’un remplacement pour un départ, chaque année. Là on n’y est pas. On va devoir encore se battre ». A titre d’exemple, sur le secteur d’Alès, il y avait 78 pompiers professionnels opérationnels en 2005, alors qu’aujourd’hui, il n’y en aurait plus que 72. Depuis, quatre postes sont réclamés, rien que pour Alès, qui doit en compenser six aujourd’hui.

Par ailleurs, Laurent Doudoux a révélé qu’il serait question, non plus de 17 postes, mais de 18 postes à pourvoir, comme le Sdis l’aurait déclaré au cours de la dernière réunion en conseil d’administration. Mais il espère déjà que l’on comble les trois postes prévu initialement.

Une grève des pompiers d’Alès le 2 janvier 2012

A cette question centrale qui touche l’ensemble du contingent du département (534 pompiers professionnels opérationnels et 138 officiers, hors promotion interne), les pompiers alésiens ont déposé au directeur du conseil d’administration Alexandre Pissas (également conseiller général du canton de Bagnols), et en présence du sous-préfet d’Alès, un préavis de grève pour le 2 janvier 2012. En cause : les conditions de restauration des pompiers d’Alès. Aujourd’hui, et depuis 2005, chaque soldat du feu bénéficie d’une participation de 2,50 euros par repas, jugé bien trop insuffisante. Les revendications : « la même chose que nos collègues nîmois, pas plus, pas moins, une cuisine pour se restaurer le midi et un repas livré par un traiteur ». Le président du FASPP30 appelle également les pompiers volontaires à rejoindre le mouvement lancé par les professionnels.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité