EconomieEconomie.

NÎMES, ÉLECTIONS CCI : H. DOUAIS VEUT « AGIR » À LA CCI

Photo © objectifgard.com / MA

Ce jeudi 2 février, à l’hôtel Imperator de Nîmes,  le candidat à la CCI Henry Douais, a lancé officiellement « sa campagne électorale » pour décrocher le fauteuil de président de la chambre consulaire, après la présentation de sa liste, il y a dix jours.Il était entouré pour l’occasion de Jean-Pierre de Faria, vice-président de la CCI d'Alès, de Jean-Louis Bouscaren à la présidence de la CGPME Languedoc-Roussillon, et de Thierry Julier, président de la CCI de Mende (et président de la CGPME de Lozère).

Le thème affiché : « A quoi sert la CCI ? » n’était qu’un prétexte didactique à ce qui ressemble davantage à une campagne somme toute classique où l’on avance ses arguments pour convaincre ses troupes et son auditoire. Pour l’occasion la « profession de foi » a été diffusée, ainsi que la liste de ses 50 candidats élus potentiels : 14 pour le collège « commerce », 18 pour « Industrie » et 18 autres pour « Services ».
Au cours de l’intervention d’Henry Douais, on a bien compris que l’ancien adjoint au maire de Nîmes souhaitait axer sa campagne sur l’action, comme l’intitulé de ses six axes de campagne :
- « Agir pour nos commerces » ;
- « Agir pour notre tourisme » ;
- « Agir pour notre formation professionnelle » ;
- « Agir pour notre innovation » ;
- « Agir pour notre industrie » ;
- « Agir pour notre développement économique ».

« A quoi ça sert les Assises du commerce ?"

Comme pour lancer une nouvelle banderille à l’attention de son concurrent du Medef lors de ces élections, M. Douais a illustré son envie d’agir en pointant du doigt son adversaire : « A quoi ça sert les Assises du commerce ? Il faut agir, et agir vite. A Sommières, au Vigan, au Grau-du-Roi, à Aigues-Mortes… »

Photo © objectifgard.com / MA

Et Henry Douais de rappeler que la démission de son mandat à la municipalité de Nîmes, et l’abandon de toutes ses obligations pour se consacrer entièrement à son éventuel poste à la CCI de Nîmes était une preuve de son futur engagement : « J’ai voulu montrer que c’est par conviction que j’ai démissionné […]. J’ai abandonné une partie de mes concitoyens […] Mais c’est pour être libre. Je ne veux pas subir les politiques. Je veux montrer mon intérêt à tous les chefs d’entreprise, qui sont en ce moment pour certains en proie à des difficultés ». Alors, discours politique ou pas ? On reste dans une élection, même s’il s’agit d’une élection consulaire.

« La CCI, ce n’est pas que Nîmes »

Un des autres aspects du discours de M. Douais, mais également de M. De Faria : l’importance de l’ensemble du territoire. « La CCI, ce n’est pas que Nîmes », ont-ils déclarés. Pour le vice-président de la CCI d’Alès, « on peut mutualiser certaines choses, même s’il s’agit de territoire différents », reprenant l’exemple de la coopération entre les agglos de Nîmes et d’Alès.

En termes d’innovation, et de financement de ce plan d’action, on peut se demander : comment financer cette innovation ?. Henry Douais et consorts répondent que la « solution se trouve dans le partenariat, principalement avec la région, notamment dans le cadre de la création-transmission », en s’appuyant sur la caisse des dépôts, et une plate-forme régionale notamment.

A noter que Thierry Julier, également vice-président de la CCI au niveau régional, a souligné qu’il avait eu le soutien dans sa démarche auprès d’Henry Douais, de la part de Bernard Fourcade (président de la CCIR), pourtant membre du Medef. Cela aurait pour objet de légitimer davantage la liste Douais, par rapport à son concurrent.

Ce que le candidat CGPME annonce comme « révolution », concerne la communication : « on va inverser le sens de la communication » […]. On va permettre à tout le monde de circuler dans la CCI, et ouvrir les portes et les fenêtres, demander à 10 à 20 personnes [des managers] d’allers vers les entreprises, afin de réaliser des fiches qui reviendront aux élus ensuite ». Cela devrait représenter environ 20.000 entreprises sondées en un an, alors que sur le territoire de la CCI de Nîmes, Bagnols, Uzès, Le Vigan, 20.500 y seraient réparties.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité