Actualité générale.Actualités

GUIDE MICHELIN 2012 : PEU DE CHANGEMENTS DANS LE GARD

Ce lundi 27 février 2012, la traditionnelle sortie du Guide Michelin a fait des heureux, et des moins « chanceux », s’il on peut parler de chance dans un milieu qui réclame tant d’investissement au quotidien.  Le célèbre guide gastronomique a fait entrer dans le club très serré des 3 étoiles l’ancien second de Marc Veyrat, Emmanuel Renaut, installé à Montgenèvre (Haute-Savoie), pour l’établissement Les Flocons de Sel.

Dans la région, l’ancienne pensionnaire du Ranquet à Tornac (près d’Anduze), Anne Majourel, désormais basée à Sète, décroche une étoile pour cette édition 2012, et son restaurant de “La coquerie”.

Deux ans après l’avoir perdue, en Lozère, Cyril Attrazic, le chef du restaurant “Chez Camillou” (à Aumont-Aubrac) est aussi récompensé.

Franck Putelat, de son côté, entre dans le club des doubles étoiles pour la cuisine proposée par son restaurant « Le Parc », à Carcassonne (dans l’Aude).

Confirmation et perte d’étoile dans le Gard

Dans le département gardois, confirmation des deux chefs doublement étoilées, Jérôme Nutile à l’Hostellerie le Castellas, à Collias, ainsi que pour Michel Kayser du restaurant Alexandre à Garons. Idem pour les maisons « une étoile » : Le Prieuré, installé à Villeneuve-lès-Avignon et Entre Vigne et Garrigue, situé à Pujaut.

A contrario, « exit » pour le chef originaire de Toulon (Var), Olivier Gulizzi, qui avait succédé à Anne Majourel. Le varois avait quitté le Ranquet en cours d’année, « suite à des problèmes de santé », d’après la direction, qui l’a récemment remplacé (en janvier 2012), par un chef d’origine locale, Paul Gay-Para. Une réduction de prestige qui n’a « rien à voir avec la qualité de la cuisine proposée, qui reste plus que jamais orientée vers le terroir local », nous explique-t-on au Ranquet. La maison avait d’ailleurs prévenu le Guide Michelin en cours d’année. « Une conséquence logique », quasi-mécanique d’après la direction. Même son de cloche au Vieux Castillon, installé à Castillon-du-Gard. « Le chef Ducros étant à peine arrivé, c’est logique que l’on perde cette étoile. A nous de la regagner. Nous n’en doutons pas, vue la qualité du travail du chef, au moins aussi élevée que son prédécesseur ». « Il s’agit d’une période d’entre-deux », d’après la direction du Vieux Castillon.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité