A la uneActualitésPolémique.

COLLOQUE FLN À NÎMES : LE PRÉFET SOUHAITE L’APAISEMENT

Photo © objectifgard.com / MA

Alors que Me Gilbert Collard, soutien de Marine Le Pen pour les présidentielles et candidat dans le Gard aux prochaines législatives a prévu d’organiser samedi 10 et dimanche 11 mars, à Nîmes un "contre colloque" face à celui qui est consacré à l’aspect historique du FLN, le même week-end à l'auditorium de la Maison du Département à Nîmes, le préfet a souhaité « lancer un appel au calme et à l'apaisement ».

Par ailleurs, une manifestation devait avoir lieu au Pont-du-Gard, d’après nos sources, elle aurait été annulée par les organisateurs, qui s’attendaient à une éventuelle contre-manifestation de la part de représentants de la communauté Harkie notamment. Un appel au calme qui semble tomber au « bon moment » à la veille de ce qui ressemble à un évènement sous haute tension.

Le préfet du Gard dans un communiqué daté du 7 mars, rappelle qu’il a été « Sollicité pour interdire cette manifestation, qui ne bénéficie d’aucun parrainage ni d’aucune subvention de l’État », avant de déclarer « que la liberté de réunion fait partie des principes républicains fondamentaux. Cette liberté est garantie par le Juge Administratif qui exerce un contrôle rigoureux sur les atteintes qui peuvent lui être portées ».

Ce dernier veillera donc « au respect de deux principes fondamentaux de notre droit : la liberté de réunion d'une part et la liberté d'expression d'autre part.

La pluralité d’opinions étant au cœur de notre pacte républicain, toutes doivent pouvoir s’exprimer sereinement. Aucun débordement ne sera toléré.

Le Préfet du Gard demande donc aux organisateurs de ce colloque d’éviter toute provocation et aux associations qui ont appelé à manifester, à le faire dans la dignité et le respect de l'ordre public », conclut-il.

Espérons que cette volonté soit suivi des faits, au vu de l'importante polémique suscitée par le sujet aussi historique soit-il. Tour à tour, Jean-Paul Fournier, Yvan Lachaud et Damien Alary ont réagi depuis plusieurs semaines déjà, tout comme le Gouvernement.

Rappelons que le colloque à l'origine de la polémique est organisé par Bernard Deschamps, ancien député communiste et président fondateur et d'honneur de l’association d'amitié franco-algérienne "France El Djazaïr" ? Celle-ci est associée avec un collectif d'associations, dont l'ALR (Association des algériens du Languedoc-Roussillon et de l’Aveyron), présidée par Boudjemaa Laliam, qui confirme également que « le colloque historique aura bien lieu ». M. Laliam précise qu’il s’agira de « confronter sans apriori les analyses d'historiens français et algériens de haut niveau autour des temps forts des sept années de la guerre d'Algerie (1954-1962) ».

Le président de l’ALR conclut en demandant : « Pourquoi serait-il interdit à des historiens, enseignants dans des Universités, d’essayer de répondre à une question historique, dès lors que celle-ci concerne l’écriture de la guerre d’Algérie ? Les partisans de la colonisation auraient-ils l’exclusivité de la vérité sur cette période de l’histoire de France ? ». Dont acte.

1 commentaire sur “COLLOQUE FLN À NÎMES : LE PRÉFET SOUHAITE L’APAISEMENT”

  1. Je ne vous félicite pas Monsieur le Préfet pour avoir laissé se tenir ce colloque. J’ai honte pour vous, représentant de l’état français et donc des pieds noirs comme des harkis qui vivent aujourd’hui sur notre sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité