A la uneActualitésPolémique.

COUR D’APPEL, CHAMBRE CORRECTIONNELLE : « RIEN NE VA PLUS » D’APRÈS LES AVOCATS

Photo © objectifgard.com / MA

Ça va de mal en pis d’après les avocats et une partie des Bâtonniers du ressort de la Cour d’Appel de Nîmes, croisés ce matin dans les couloirs. « Le mouvement continue », déclare l’un d’eux. Il y a encore eu « un incident ce matin », au cours d’une audience de la chambre correctionnelle de la Cour d’Appel de Nîmes. D’après les avocats en colère, « les magistrats nous demandent de faire des plaidoiries de connivence », lorsqu’effectivement leurs clients sont défendus, puisqu’actuellement, durant le mouvement de grève des avocats, ils ne sont pas assistés la plupart du temps : « On est par borderline, on est Out of Law » [au-delà des limites, hors la loi]. Il est seulement demandé à la Cour « un renvoi ultérieur » lorsqu’un avocat est absent, alors qu’en ce moment « il n’y a quasiment pas d’affaires, et donc pas d’engorgement ». Pourtant les affaires sont jugées sans l’assistance d’un avocat, alors qu’il est explicité les raisons précises de cette absence. Les hommes et femmes en robe ajoutent : « Chacun a droit d’entendre sa justice et non pas qu’on lui fasse payer pour l’existence d’une zone d’insécurité » [qu’il faudrait éradiquer]. D’après les avocats présents, dont l’un se serait entendu dire par un magistrat que « les avocats ne servent à rien », cette composition de Cour penserait que « le Gard est rempli de voyous ».

« Cette situation a débuté en septembre 2010, avec une exacerbation depuis septembre 2011, et n’a rien à voir avec l’arrivée du nouveau procureur général [M. Desplan] », renchérit l’un d’eux, qui évoque une composition de la Cour antécédente.

Relevons à ce sujet la dernière réaction du Syndicat de la Magistrature, qui lui-même, a demandé au Gardes des Sceaux de diligenter une enquête sur la chambre correctionnelle de la Cour d’Appel de Nîmes. Les représentants des Barreaux du ressort de Nîmes rencontrés ce vendredi matin, s’en réjouissent, et rappellent que lorsque le premier président évoque une Assemblée Générale réunissant les magistrats de la Cour d’Appel, et récusant les propos des avocats mécontents de la manière dont les audiences se déroulent, il s’agirait de déclarations « fausses », toujours d’après les avocats mobilisés : « le Syndicat de la Magistrature a demandé le PV [procès-verbal] de l’AG en question, il attend toujours ». Cette assemblée générale s’est-elle réellement tenue ?

Quoi qu’il en soit, pour les avocats plus que mobilisés aujourd’hui, rien ne va plus : « On ne rend plus la justice dans cette Cour ! C’est devenue n’importe quoi », s’exclament-il dans les couloirs de la salle des pas perdus du Palais de Justice de Nîmes.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité