A la uneActualités Gard.

QUAND ALÈS MET EN LUMIÈRE LES MÉTIERS DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ…

Photo © objectifgard.com / MA

Le Forum des Métiers de la Défense et de la Sécurité d’Alès, s’est ouvert ce jeudi matin, avec une inauguration devant une salle du Capitole remplie de près de 200 jeunes issus des principaux établissements scolaires du bassin d’Alès (Lycée Jean-Baptiste Dumas et Lycée Prévert, dont 37 élèves participent à l’animation, Lycée Pasteur de La Grand’Combe, collèges alésiens Taisson, Racine, l’institut Bellevue…). Max Roustan était « excusé » du fait de son absence. Pierre Hérail, élu municipal, correspondant « défense » ainsi que Christophe Rivenq, directeur de cabinet de Max Roustan ont tenu le discours d’inauguration, en l’absence de ce dernier, de même que le sous-préfet, Christophe Marx, et le Lieutenant-Colonel Charbonnier (de la Délégation Militaire Départementale). A noter que Mme la commissaire Palpacuer ainsi que le Lieutenant-Colonel Bailly (responsable de la caserne d’Alès) se trouvaient aussi sur place.

Photo © objectifgard.com / MA

Avant un petit tour des stands installés toute la journée, jusqu’à 16h30, avec les différents corps d’armée, la police, pompiers, gendarmerie… Les élèves restés dans la salle du Capitole ont pu assister à une présentation sous forme de films sur le CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées), puis sur la police nationale et enfin sur la sécurité privée (dispensée par Mme Lopez du Lycée Pasteur).

Chaque orateur a pu faire les éloges de l’armée, et, même si le Lieutenant-Colonel Charbonnier s’est refusé à jouer « les sergents recruteurs », un constat s’impose, l’armée capte toujours les jeunes, et suscite les vocations. Rien que dans l’armée de Terre, « on trouve 400 métiers différents », rappelle le militaire, comme pour insister sur la variété des métiers qui la composent (cuisinier, personnel administratif…) qui ne correspond pas uniquement au travail de soldat. Il a insisté sur l’armée comme « ascenseur social », puisqu’elle viserait un objectif de promotion interne de 70 % : 70 % des officiers provenant du corps des sous-officiers, et 70 % des sous-officiers provenant des militaires de rang.

Pourquoi l’armée demeure « le premier pourvoyeur d’emploi », avec « 30.000 jeunes incorporés dans l’année », malgré la crise (on rappelle le score de plus de 12 % de chômage sur le bassin alésien) ? En cause, un « turn over » dû principalement au fait que les contrats sont généralement de 10 ans, lorsque « les recrutés sont en pleine forme physique », même s’ils peuvent poursuivre leur carrière dans l’armée s’il le souhaite et grimper les échelons.

Photo © objectifgard.com / MA

Parmi les stands proposés sur la place de l’Hôtel de ville d’Alès, celui du lycée Pasteur de La Grand’Combe retient l’attention, avec la présentation de sa section Bac pro « Prévention et Sécurité ». Comme Mme Lopez, professeur et responsable de la section nous le souligne, « sur les 350 élèves de l’établissement [originaires de diverses région Française, Rhône-Alpes, Drôme, Ardèche…], 45 % environ des effectifs ont choisi cette section », et embrassent pour la plupart une carrière dans l’armée, la police ou parmi les sapeurs-pompiers, comme les trois jeunes présents sur le stand de cette formation et âgés de 19 à 20 ans, Pierre, Romain et Victoria, qui se projettent déjà vers le concours de sapeurs-pompiers, après le passage de leur bac cette année.

Un autre stand peut surprendre davantage que ceux que l’on a l’habitude de voir sur ce type d’évènement, pour lequel on retrouve la police nationale, municipale, la gendarmerie, les trois corps d’armée : il s’agit de la direction de l’administration pénitentiaire. Mme Bresson, cheffe de détention à l’administration pénitentiaire de Nîmes, met en lumière une réalité : l’encadrement carcéral et les métiers liés au monde carcéral « sont très méconnus ». De plus, on manquerait cruellement de prétendants dans cette branche.

Photo © objectifgard.com / MA

« Sur les trois années écoulées, nous avons deux recrutement par an, là où normalement nous n’en réalisons qu’un seul », dit-elle, preuve de ces besoins importants. Cela représente environ 1.200 recrutés par an aujourd’hui, avec 3.000 à 5.000 postulants. Rappelons que les futurs agents passent une formation après réussite d’un concours (de différents degrés), durant 9 mois, à l’Énap (École Nationale d'Administration Pénitentiaire). Et celle qui est responsable des détenus et de l’administration de la maison d’arrêt de Nîmes (qui compose une des 9 Directions Régionales réparties en France) souligne que « nous ne sommes pas uniquement des porte-clés. Il y a des hommes, des femmes, des jeunes à accompagner dans une période difficile », témoignant de la réalité quotidienne de la prison, « qui n’est pas un lieu de vacance, avec tout le confort, contrairement à ce que l’on pourrait croire, avec des questions de promiscuité notamment », ajoute-t-elle, consciente que les moyens manques pour les administrations pénitentiaires. Il n’empêche que les métiers sont aujourd’hui variés : du plombier, électricien, au surveillant, en passant par l’officier encadrant, le personnel administratif, informaticien, et surtout les membres de la fameuse ÉRIS (Équipes régionales d'intervention et de sécurité), qui suivent une formation dispensée notamment pas le GIGN, quasiment tous les métiers peuvent être représentés.

Bref, un rendez-vous à Alès qui permet de découvrir ou approfondir ses connaissances sur ce que recouvrent tous ces métiers de la Défense et de la Sécurité, avec une animation spectaculaire prévue vers 14h, avec le GRIMP (Unité Spéciale des Sapeurs-Pompiers dʼAlès), comme l’armée de Terre avait pu le faire à 11H.

Etiquette

2 réactions sur “QUAND ALÈS MET EN LUMIÈRE LES MÉTIERS DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ…”

  1. Bonjour,

    Je viens de prendre connaissance de votre article, et une « coquille » s’est glissée dans votre texte.
    Ce n’est pas 2400 métiers qu’offre l’armée de terre mais 400.
    En tant qu’organisateur de cette manifestation je vous remercie d’avoir relaté cette journée qui s’étoffe au fil des ans.

    Pierre HERAIL
    Conseiller Municipal d’Alés
    Correspondant Défense

    1. Bonjour et merci pour votre vigilance, nous avons effectué la correction.

      L’équipe d’ObjectifGard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité