A la uneActualité générale.ActualitésPolitique

GRAU-DU-ROI : LA CONSTRUCTION DU NOUVEL HÔTEL DE VILLE SUSPENDU PAR LE JUGE

Un nouvel hôtel de ville flambant neuf doit voir le jour au Grau-du-Roi d’ici deux ans. Un outil moderne qui centralisera la majeure partie des services municipaux, comme nous l’apprenons du député-maire Ump Etienne Mourrut lui-même. Pourtant, après seulement trois semaines de travaux, le tribunal administratif de Nîmes vient de suspendre le permis de construire de ce futur « vaisseau amiral » d’une surface de plus de 2.000 m².

Le groupe d’opposition au conseil municipal graulen s’opposerait de longue date au projet arguant plusieurs éléments, notamment son emplacement prétendu « submersible », son coût d’environ 5 millions et demi d’euros, mais aussi sur un point qui a fait mouche auprès du juge administratif : l’empiètement d’un balcon d’un peu plus de 30 m² sur le domaine maritime, détenu par l’Etat.

Le premier magistrat de la ville ne bronche pas : « Mme le juge a jugé en équité et a suspendu le permis de construire en rejetant tous les arguments de l’opposition municipale [qui était à l’origine du recours] ». Seul motif qui suspend donc ces travaux : « il a manqué un document dans le dossier qui témoigne de l’accord des services de l’Etat pour permettre à la municipalité que le balcon du futur hôtel de ville soit sur la partie publique maritime ». Un espace pour lequel l’élu tient à préciser que la collectivité détient une convention de gestion, obtenue en 1995 (dans le cadre de l’aménagement de la promenade qui relie le port de plaisance au port de pêche). Il s’agit ici d’un transfert de gestion, et M. Mourrut d’ajouter que l’exécutif du conseil municipal avait « un accord de principe par téléphone », après lequel a suivi l’envoi d’un courrier de sa part en date du 17 janvier 2012. Le document ne lui serait toujours parvenu. Cependant, il n’aurait pas été tenu au courant que le dossier n’était pas complet depuis lors. Dans l’attente d’un accord écrit, les travaux sont ainsi suspendus. Une situation « gravissime » d’après l’édile, qui attend une prochaine réunion qui devrait se tenir le lundi 23 avril prochain, et permettre de savoir si : « on doit passer par un nouveau permis de construire, ou simplement compléter le dossier initial par le document manquant », précise Etienne Mourrut, avant de regretter : « on perdra deux à trois mois de travaux, ce qui est stupide », désapprouvant « ces querelles politiciennes », et soulignant que « la mairie n’est pas faite pour le maire actuelle ».

Sur le plan financier, le maire du Grau-du-Roi prétend que la construction du bâtiment « est autofinancée à environ 40 %, notamment grâce à la vente d’un autre bâtiment (pour environ 1,5 millions d’euros) et parce que la mairie disposerait « de 2,2 millions d’euros de côté ». Par ailleurs, il rappelle que « le taux d’imposition de la collectivité gardoise est l’un des plus bas du Languedoc-Roussillon, pour une ville de plus de 5.000 habitants », malgré un taux d’endettement que l’opposition déplore (2.850 euros par habitant, d’après celle-ci), ce qui correspond à « un choix politique » d’après M. Mourrut. Même s’il reconnaît que l’on peut contester ce choix, la situation financière de la ville serait sous contrôle d’après lui : « on a de quoi y faire face grâce à nos actifs (domaine locatif, camping, port de pêche, Palais de la Mer notamment), rattachés au budget municipal annexe », ajoutant que la mairie avait profité d’un excédent de 350.000 euros au budget principal du dernier exercice.

Le député-maire se réjouit ainsi que l’argument du terrain « submersible » n’ait pas été retenu par le juge administratif, car : « sinon, tous les terrains seraient submersibles », déclare-t-il. Il poursuit : « je rappelle que le nouvel hôpital était un port de plage, personne n’a dit que le terrain était submersible lors de sa construction, de même que les logements pour séniors à proximité, ou rive droite, la résidence pour personnes handicapées (Aigues Marines), pour ne parler que de constructions des deux dernières années. Le juge a fort heureusement bien jugé », témoigne-t-il.

« Une opposition, de toutes façons, s’oppose, c’est normal », conclut-il. Affaire à suivre donc…

Infos Plus :

La commune du Grau-du-Roi a fait jouer son droit de préemption pour acquérir, il y a huit ans environ ce terrain sur lequel sera implanté le futur hôtel de ville, empêchant toute construction locative d’ordre privé.

Une convention de gestion, comme celle qui a été conclue entre l’Etat et la commune du Grau-du-Roi charge cette dernière de l’entretien et de la gestion, en l’occurrence, de la promenade qui jouxte la future mairie.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Habitant du GRAU DU ROI je suis scandalisé par le comportement ce cette oppoosition, c’est minable et honteux, pour de basses querelles
    politiciennes on empéche un excellent projet, je suis outré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité