A la uneActualité générale.ActualitésSanté.Société

GARD : LES ÉPREUVES DU BAC APPROCHENT… UN SPRINT QUI RESSEMBLE À UN MARATHON !

Les épreuves du baccalauréat 2012 approchent… Elles se dérouleront pour le premier groupe des séries générales (L, ES et S) et technologiques  les 18, 19, 20, 21, 22 Juin 2012. Penchons-nous sur la période « pré-examens finaux » du côté des profs, avant de revenir sur les traditionnels conseils-santé.

Des épreuves qui se dérouleront fin juin, mais comme Zahia Meklat, une professeure du lycée d’Alès Jean-Baptiste Dumas l’explique, il y avait « des épreuves anticipées dès la rentrée des vacances de Pâques ». Après, c’est à la mi-mai que les choses sérieuses commencent, avec une série de « Bac blancs ».

Une période stressante pour les élèves mais aussi pour les profs finalement lorsque l’on écoute celle qui enseigne les Lettres à des 1eres L, STI et à quatre BTS du lycée « JBD » : « C’est un stress à différents titres, quand on prépare des élèves pendant un an, voire davantage, on veut tout d’abord que cela se passe bien, ensuite, finir le programme. Par ailleurs, pour nous, la charge de travail est énorme, quand on est réquisitionné. On est convoqué pour les corrections, la surveillance, ce qui fait que cela prolonge au-delà de la fin des cours le 29 juin, une semaine après, avec les oraux du Bac de Français ». Rappelons qu’il y a les rattrapages en septembre.

Zahia Meklat, du haut de son expérience de 20 années d’enseignement - parmi celles qui ont consisté à participer à l’encadrement des examens du Bac - porte un regard pointu sur ce qu’elle qualifie « d’usine à gaz », qui risquerait de s’effondrer au moindre grain de sable dans cette horlogerie désormais rendue plus complexe que dans le passé : « Avant, on commençait avec la philo pour tout le monde. Désormais, cela s’étend du mois de mai jusqu’au mois de juillet avec les oraux ». Et les réunions préparatoires anticipent également sur cette période. « S’il y a la moindre absence, ou qu’un rouage de l’ensemble ne fonctionne pas, ça devient du grand n’importe quoi. Un système profophage », s’exclame-même la prof de lettres. N’omettons pas que le calendrier n’est pas le même selon les formations apprendra-t-on également. Pour les classes préparatoires aux grandes écoles (post-Bac, intégrées aux lycées), des épreuves sont programmées dès la première semaine du mois de mai. Pour les Bacs Professionnels, cela commence « dès le début du mois de juin », nous précise Mme Meklat.

« On arrive exténué au moment des examens »

Une des causes de cette étalement dans le temps : le texte du ministère relatif à la « Reconquête du mois de juin », et qui aurait pour objectif de « reculer les épreuves du Bac le plus loin possible ». Difficile pourtant de lutter contre le phénomène d’absentéisme en cette période. Une période intense : « cela s’étend sur deux mois non-stop », d’après la prof de lettres Cévenole. « On arrive exténué au moment des examens », ajoute-t-elle.

Tout de même un grand moment aussi pour les profs...

Cela dit, Zahia Meklat termine sur une bonne note, alors qu’elle prédit que « le stress commence à monter vers la fin du mois de mai », « c’est un grand moment » ajoute-t-elle. « Même si le taux élevé de réussite fait qu’il dévalue peut-être le diplôme, c’est la clé pour ouvrir sur une autre vie. D’ailleurs, nous sommes très nombreux à venir assister à l’affichage des résultats du Bac. C’est aussi l’aboutissement de notre travail. Et nous venons consoler, rassurer… On ne le vit pas par-dessus la jambe. C’est une vraie cérémonie », conclu-t-elle, avec émotion.

-----

Quelques conseils « santé »

Le docteur Ribaut, Diabétologue-Nutritionniste à Alès, livre quelques conseils pour cette période « Pré-Bac » qui s’ouvre, ou qui s’est déjà ouverte pour les lycéens, à la sortie des dernières vacances de Pâques.

Ce que l’on apprend, c’est qu’il vaut mieux éviter tous les « produits miracles » de dernières minutes, même si l’on a tendance à espérer obtenir les bienfaits de certains médicaments. « L’aliment miracle » n’existe pas semble-t-il.

L’essentiel ? C’est tout simple, encore faut-il suivre quelques règles de bons sens. Deux mois avant les épreuves, l’alimentation doit être « la plus équilibrée possible », sans l’absorption « d’aliments dopants ». Des féculents, un peu de matière grasse, de l’eau surtout (minérale si possible). « Il faudrait presque avoir toujours à portée de main une bouteille d’eau », nous apprend le médecin alésien. Le tout associé à « une hygiène de vie » : respecter son rythme de sommeil, en « se couchant à heures régulières, pour au moins 7 heures ». Notez que si vous respectez des horaires habituels durant votre sommeil, c’est votre cerveau qui en bénéficiera, puisqu’il se régénèrera de manière plus optimale.

Si l’un des éléments les plus importants, pour le « sprint-marathon » qui s’annonce, est bien de savoir s’hydrater, il faut également « éviter les grignotages », d’après le Dr Ribaut. Et si l’apport de sucre est également essentiel au bon fonctionnement du cerveau, « les grosses variations », avec des hausses et des baisses soudaines d’apport en sucre sont à bannir ! Le mot d’ordre : « équilibre » encore une fois. D’où l’idée de faire le choix des sucres lents (pâtes, riz…).

Bien évidemment, ne pas faire de cures amaigrissantes ou de régimes protéinés au cours de cette période qui précède les examens, au vu des besoins évoqués à l’instant, ni suppléments alimentaires. Évitez les carences et les variations d’apports nutritifs donc.

Un élément à rappeler : « le café peut être un stimulant. A l’excès, il peut créer des problèmes d’insomnie ».

Concernant les qualités des produits alimentaires : privilégier les aliments riches en vitamine B, comme les céréales, les oléagineux (noix, amandes, cacahouètes…), utiles pour le bon fonctionnement du cerveau et de la mémoire.

Quelques précisions à partir d’idées préconçues : les bienfaits du chocolat. Il est effectivement riche en magnésium, mais il devrait être réservé aux fins de repas et non ingéré hors de ces derniers. Le poisson est censé stimulé le cerveau, mais d’après le Dr Ribaut, il suffirait d’en manger deux fois par semaine pour en retirer les bénéfices.

Contre le stress, quelques exercices respiratoires sont accessibles à tous : pratiquer une respiration régulière, abdominale (en gonflant l’abdomen et en soufflant avec le ventre).

Enfin, n’oubliez pas de faire un peu d’exercice physique. Finalement, avoir une bonne hygiène de vie, c’est « éviter les erreurs » qui pourraient coûter cher pour les examens...

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité