A la uneNîmes Olympique

STAGE À MEGÈVE – ACTE III : Les Crocos « souffrent » en montagne avant de débuter la saison…

Stage d'avant saison du Nîmes Olympique - Stade de Combloux (près de Megève - Haute-Savoie) - mercredi 4 juillet 2012 - Photo © objectifgard.com / MA

Mercredi matin, après le footing sur le terrain de golf, une nouvelle séance avait lieu sur le terrain du stade de Combloux dès 10h00. L’endroit même qui accueillera, dès dimanche, d’autres joueurs professionnels, habitués également du terrain situé à quelques kilomètres de Megève : l’ETG-FC (L'Évian Thonon-Gaillard Football Club), pensionnaire de la ligue 1.

Il s’est agi pour le staff de Victor Zvunka de « commencer à réduire les distances » et d’augmenter la vitesse des courses. Une nouvelle séance d’efforts intenses pour les joueurs sous un beau soleil et sous le regard « bienveillant » du Pic du Midi et du Mont Blanc, comme pour encourager les Piocelle, Poulain et autres jeunes attaquants tels que Renaud Ripart, qui se retrouvait très souvent en tête de son groupe dans une série d’exercice de courses fractionnées, dirigées par Julien Redon (préparateur physique du club) et sous le regard attentif de Victor Zvunka. « C’est dur » lâche Ripart à la fin d’une course, avant d’ajouter plein d’entrain : « mais on est là pour ça. C’est maintenant qu’il faut tout donner ». Le coach parle du programme et précise que les joueurs font des courses de « 300 mètres environ quand ils en faisaient de 500 à 800 précédemment ». Une sorte de montée en puissance au fil de la semaine.

A noter que ce mercredi Corrèze ne semblait pas encore totalement rétablis (ligaments croisés). Il restait prudent entre deux exercices. Mais comme le coach le soulignait, c’est surtout l’absence de défenseur Moussa Sidibé qui le rend plus soucieux. Il a d’ailleurs manqué le stage et est resté aux soins à Nîmes, tout comme Dutil, en instance de départ.

Durant la séance, essentiellement basée sur la résistance, le cardio, avant de finir par des séquences de « toros » à trois contre trois, puis des séries de jongles (alternées avec des courses) et abdominaux (pour le gainage), V. Zvunka donne le tempo, pour encourager les joueurs : « Allez les gars, c’est dur, on le sait… Encore dix secondes. C’est maintenant qu’il faut s’arracher ». C’est dans ce type de séquences que l’on reproduit les instants de fins de matches, où il faut tenir un résultat, d’après les explications du coach à la fin de l’entrainement.

La technologie est au rendez-vous aujourd’hui, dans le monde professionnel. Julien Redon a demandé aux joueurs de porter durant la séance d’entrainement des appareils de contrôle qui permettent d’enregistrer le rythme cardiaque et la résistance à l’effort. Une manière de calculer l’indice VMA de chaque joueur (vitesse maximale aérobie), soit la vitesse à partir de laquelle une personne consomme le maximum d'oxygène. Et surtout pour le staff « une façon de déterminer précisément si les joueurs ont ou non suffisamment travaillé ». Une évolution nécessaire pour individualiser l’approche et éviter les blessures notamment, même si Victor Zvunka ne manque pas de nous rappeler qu’à l’époque où il jouait à l’OM, que l’on soit défenseur ou attaquant, il fallait courir les mêmes distances avec la même intensité. Mais, le préparateur physique illustre son propos sur l’approche individuel plus moderne et à laquelle le coach adhère aussi aujourd’hui : « un joueur de l’âge de Piocelle (33 ans) sera à 175 pulsations par minutes dans un effort maximum, et je sais qu’il aura bien travaillé, par contre, Romain Thibault, qui est plus jeune (21 ans) doit plutôt se situer aux alentours de 200 pulsations/minutes », dans l’effort maximum.

Une grosse charge de travail encore ce mercredi donc, avant une troisième séance à 17h00. Encore deux jours de stages avant le déplacement à Valence, samedi, pour jouer en amical, dans un match qui « permettra de faire jouer tout le monde », dira plus tard Victor Zvunka, qui ne chercherait plus son système tactique aujourd’hui. Les enseignements de ce premier match amical seront donc très limités.

----

En marge de l’entraînement, le président du FC Combloux qui évolue en 1ere division de district, Joël Testamalle, nous témoignait sa satisfaction de voir des pros venir emprunter les installations des amateurs dont ils s’occupent depuis bientôt 2 ans maintenant. « C’est dommage que nos joueurs soient en vacances à cette période et ne puissent profiter de la venue de ces pros », nous indiquait M. Testamalle, qui rappelle également que le club vedette de la région, l’ETG était déjà venu en juillet 2011, tout comme Nice et deux autres clubs de ligue 1. Les joueurs haut-savoyards succèderont d’ailleurs ce dimanche aux Crocos nîmois, et prendront leurs quartiers dans le même hôtel, à Megève, que les gardois.

Mickaël Attiach
mickael.attiach@objectifgard.com

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité